ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 4 juillet 2022 - Autre réalisation → Municipale

La ville de Tours suspend son feu d'artifice du 14 juillet pour préserver les oiseaux protégés comme les sternes pierregarins et naines ou encore les hérons cendrés

Une décision que salue Vincent Licheron, le directeur de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) Centre-Val de Loire : « En 2019, nous avons effectué une étude sur le feu d’artifice, tiré à moins de 400 m d’une colonie. Pendant les vingt minutes de festivités, les parents s’envolent et abandonnent définitivement leurs poussins à la merci des prédateurs ou leurs œufs en pleine couvaison ! » précise-t-il. Lui, qui est pourtant né un 14 juillet, ajoute : « La mairie de Tours ne fait qu’appliquer la loi qui protège les espèces menacées. » (Extrait de l'article de Christian Panvert pour Le Parisien)

Agir !

Félicitez-les

Tours annule son feu d’artifice au bord de la Loire pour protéger les oiseaux

Pétarades et jets de lumières pendant vingt minutes puis applaudissements perturbent les colonies de sternes protégées, qui nichent sur le banc de sable du fleuve.

Par Christian Panvert
Le 11 juillet 2022 à 14h04

Afin de protéger les sternes, la ville de Tours (Indre-et-Loire) a décidé de ne pas tirer de feu d’artifice sur les bords de la Loire le mercredi 13 juillet. La mairie s’empresse de relativiser : « Nous n’avons rien contre les spectacles pyrotechniques. Si un autre site le permet nous recommencerons à tirer des feux ! » Mais la décision est sans appel. La ville veut préserver les oiseaux emblématiques du fleuve, les sternes pierregarins et naines, protégées depuis 2009.

Une décision que salue Vincent Licheron, le directeur de la Ligue de protection des oiseaux (LPO) Centre-Val de Loire : « En 2019, nous avons effectué une étude sur le feu d’artifice, tiré à moins de 400 m d’une colonie. Pendant les vingt minutes de festivités, les parents s’envolent et abandonnent définitivement leurs poussins à la merci des prédateurs ou leurs œufs en pleine couvaison ! » précise-t-il. Lui, qui est pourtant né un 14 juillet, ajoute : « La mairie de Tours ne fait qu’appliquer la loi qui protège les espèces menacées. »

« Le 14 juillet sera bien fêté ! »
Lors du conseil municipal, l’élue d’opposition Marion Nicolay Cabanne a proposé une alternative : le lac de la Bergeonnerie ou l’Île Balzac. Mais l’adjointe Betsabée Haas, en charge du dossier, a d’emblée écarté ces hypothèses en raison de la présence à ces endroits de hérons cendrés, autre espèce fragile. À défaut de spectacle pyrotechnique, elle rassure : « Le 14 juillet sera bien fêté ! Au nord avec un banquet populaire et la performance d’un funambule, au centre avec des chimères articulées et un show pyrotechnique, au sud, avec un spectacle de drones lumineux. »

En attendant, sur les bords de la Loire, les promeneurs comprennent majoritairement la décision de la mairie de Tours. « Je ne suis pas du même bord politique que le maire. Mais je salue cette décision », déclare Colette retraitée. « Regardez ces oiseaux ! Ils ont fait 5 000 kilomètres depuis l’Afrique pour venir nicher là. On doit les respecter. C’est tous les jours qu’ils font le spectacle pour nous ! »

(Article de Christian Panvert pour Le Parisien)