a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Corrida Corrida

le 25 avril 2016 - Source associative

Pour Georges Labazée la corrida est une affaire de goût personnel, pas une question d'éthique

Agir !

Interpellez-le

Je vous rappelle que suite à une question prioritaire de constitutionalité, le Conseil Constitutionnel a jugé que l'organisation de corrida dans certaines régions de France et seulement dans ces régions, est conforme à la constitution. Il s'agit à mon sens d'un juste équilibre entre les souhaits des uns et des autres.
Chacun est libre d'aimer ou de ne pas aimer les spectacles de tauromachie comme chacun est libre d'y assister ou de s'en abstenir cela s'appelle la liberté individuelle et le respect des autres.

(extrait de la réponse à la campagne "Je vous fais une lettre", SPA)
La corrida a été radiée du Patrimoine culturel immatériel de la France en 2015 et n'est encore légale dans certains départements qu'au titre d'une dérogation aux sanctions pénales encourues en cas de sévices graves ou d’actes de cruauté commis envers les animaux.

Réponse de Georges Labazée à Natacha Harry, présidente de la SPA :

Monsieur

J'ai bien reçu votre courrier du 8 avril dernier et je vous en remercie.

Dans ce courrier vous m'interrogez sur ma position personnelle sur l'existence de spectacle taurin. Je suis originaire et élu d'une région de tradition taurine très ancienne, où les courses de vaches ou de taureaux remontent au XVème siècle selon les écrits les plus anciens. Cette tradition populaire a souvent été combattue par les représentants du pouvoir royal mais elle a perduré du fait de la ténacité populaire. C'est au milieu du XIXème siècle que s'est développé d'abord à Bayonne puis ensuite rapidement dans tout le Sud -Ouest la corrida telle qu'on la connait aujourd'hui bénéficiant bien évidemment de la tradition populaire des jeux taurins.

En France la loi sur les autorisations de spectacles taurins est très précise puisqu'elle ne les autorise que dans les communes où une tradition taurine continue est avérée. Cela permet à la fois le respect des traditions régionales et le souci de limiter des spectacles qui choquent certains de nos concitoyens ce que je comprends. Je vous rappelle que suite à une question prioritaire de constitutionalité, le Conseil Constitutionnel a jugé que l'organisation de corrida dans certaines régions de France et seulement dans ces régions, est conforme à la constitution. Il s'agit à mon sens d'un juste équilibre entre les souhaits des uns et des autres.

Chacun est libre d'aimer ou de ne pas aimer les spectacles de tauromachie comme chacun est libre d'y assister ou de s'en abstenir cela s'appelle la liberté individuelle et le respect des autres. Mais en aucun cas un tel débat ne doit déboucher sur des affrontements physiques pour imposer un point de vue.

Souhaitant avoir répondu à vos questions recevez, Madame ,l'expression de mes sentiments
les meilleurs.