a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Corrida Corrida

le 22 avril 2008 - Source associative → Nationale

Pour protéger la tauromachie, Jean Glavany a permis la consommation de viande de taureaux destinés aux corridas

Agir !

Interpellez-le

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Sur le site du CRAC Europe :

Extraits de l'article :

Taureaux souffrants de la maladie de Kreutzfeld-Jacob ou de la tuberculose : toréés et mangés ! :

Suite au problème dramatique de la « vache folle » et de sa version humaine, la maladie de Kreutzfeld-Jacob, la communauté européenne imposait le 29 juin 2000, par la directive 00/418/CE applicable au 31 décembre 2000, l’incinération de tous les animaux suspects et interdisait des techniques d’abattage susceptibles de disséminer l’agent infectieux dans le corps de l’animal. Les sévices infligés au taureau pendant la corrida faisaient partie de ces techniques.
Pour protéger la tauromachie, le 20 décembre 2000, M. Jean GLAVANY, aficionado notoire, prit un arrêté modifiant l’arrêté du 9 juin 2000 relatif à l’abattage des animaux de boucherie accidentés. Il met alors la France dans l’illégalité la plus totale au regard du droit européen puisqu’il permet la consommation de viande de taureaux destinés aux corridas. On y apprend en effet que la mise à mort des animaux de l’espèce bovine à l’issue des corridas est assimilée à un abattage d’urgence et qu’il est interdit de présenter à l’abattoir tout animal accidenté à l’exclusion des taureaux de corrida !!!
Parallèlement, le 1er juin 2001, suite aux actions épistolaires de la FLAC, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) reconnaissait que les sévices subis par l’animal pendant une corrida favorisait la dissémination des prions dans le corps de ce dernier. Cette viande est donc officiellement susceptible de transmettre à l’homme la maladie de Kreutzfeld-Jacob et l’AFSSA recommande que la viande des taureaux tués dans les corrida ne rentre pas dans la consommation humaine.