Photo de Franck Raynal

Droit animal : Franck Raynal agit pour les animaux

19/20
Maire - Pessac

Agir !

Félicitez-le

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

 

← retour fiche générale
 

Pourquoi ces notes à Franck Raynal ?

Prises de position de Franck Raynal classées par thème :

Prises de position concernant le droit animal (3 référencées)

Rechercher dans le titre
par thème
par effet de la prise de position
par sous-thème
par type
par espèce
par implication
par parti
ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Droit animal Droit animal

le 29 septembre 2020 - Vote → Municipale

La ville de Pessac adopte une motion «en faveur du bien-être animal et du Référendum pour les animaux»

CONSEIL MUNICIPAL DU MARDI 29 SEPTEMBRE 2020
MOTION PORTÉE PAR LA VILLE DE PESSAC EN FAVEUR DU BIEN-ÊTRE ANIMAL ET DU RÉFÉRENDUM POUR LES ANIMAUX

Agir !

Félicitez-les

ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Droit animal Droit animal

le 1 septembre 2020 - Communication officielle → Municipale

Ces maires ont attribué une délégation condition animale à un membre du conseil municipal

Ces maires ont attribué à un conseiller ou un adjoint une délégation dédiée aux animaux (« Protection animale », « Condition animale », « Place de l'animal en ville », etc.)

a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Droit animal Droit animal

le 24 octobre 2019 - Communication officielle → Prise de position marquante → Municipale

Pour « faire bouger les lignes et amener l’Etat à donner davantage de pouvoir aux élus locaux », le maire de Pessac fait appel de l'abrogation de son arrêté

Une question d’ordre public et des collectivités démunies

En 2016, par conviction personnelle mais aussi pour répondre aux attentes de mes concitoyens, j’ai décidé d’agir en prenant un arrêté interdisant l’installation de cirques avec animaux sauvages à Pessac. Le tribunal administratif de Bordeaux a abrogé l’arrêté estimant que les mauvais traitements infligés aux animaux ne relèvent ni de la sécurité ni de la salubrité publique. Une décision qui, selon moi, va à rebours de l’évolution de la loi et des moeurs de la société. De plus en plus de villes en France prennent ce type d’arrêté prouvant ainsi que la question du bien-être animal est un débat sur lequel il est temps de se pencher.

Agir !

Félicitez-le