Photo de Jean-Luc Moudenc

Chasse : Jean-Luc Moudenc penche pour les animaux sauvages

12/20

Agir !

Encouragez-le

 

← retour fiche générale
 

Pourquoi ces notes à Jean-Luc Moudenc ?

Prises de position de Jean-Luc Moudenc classées par thème :

Prises de position concernant la chasse (2 référencées)

Rechercher dans le titre
par thème
par effet de la prise de position
par sous-thème
par implication nationale/locale
par implication européenne
par type
par espèce
par parti
a agi pour les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Animaux de compagnie Animaux de compagnie

Pictogramme Chasse Chasse

le 10 novembre 2019 - Dans la presse → Local

Toulouse installe son premier pigeonnier contraceptif

Récemment rénové, le pigeonnier du jardin Bergougnan a une nouvelle fonction : il est devenu contraceptif ! Explications.
(extrait du post Facebook de la ville)
Le pigeonnier dit «contraceptif » est une réponse au problème de prolifération des pigeons en ville. Il permet de :
- réduire la population des pigeons par la stérilisation des œufs
- fixer les colonies à des endroits choisis
- veiller au bon état sanitaire des oiseaux
- agir dans le respect du bien-être de l'animal

(extrait de l'article du site de la ville)

Agir !

Félicitez-le

a agi contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Animaux de compagnie Animaux de compagnie

Pictogramme Chasse Chasse

le 30 juin 2016 - Dans la presse → Local

La ville de Toulouse continue de pratiquer le piégeage et le gazage des pigeons

Sur les 10 000 pigeons capturés chaque année par la SACPA, 1 500 à 2 000 sont bagués et stérilisés avant d'être relâchés et 6 000 à 8 000 sont tués dans un caisson étanche rempli de gaz carbonique. La pétition dite « contre la campagne de gazage et de stérilisation des pigeons et pour l'installation de pigeonniers contraceptifs », envoyée par les personnels de la DGFiP à la mairie de Toulouse, dénonce le mauvais traitement des oiseaux capturés.
La régulation de la population des pigeons à Toulouse est un procédé inutile, cruel et cynique qui coûte cher au contribuable », dénonce Brigitte Marquet. « L'ambassade des pigeons [demande] le retrait immédiat de toutes ces cages, la suspension du contrat de la mairie avec la SACPA et l'installation de pigeonniers sur les toits.
(extrait de l'article d'Amélie Phillipson, La Dépêche du Midi)

Agir !

Interpellez-le