Mer & pisciculture : La République en marche penche contre les animaux aquatiques

7.8/20

Agir !

Interpellez-les

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur leur page Facebook

Notes par thème

Agit pour*
Penche pour*
Penche contre*
Agit contre*
*les animaux
 

← retour fiche générale
 

Prises de position concernant la mer & pisciculture (20 référencées)

ont agi contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 3 septembre 2019 - Question parlementaire

Le gouvernement n'édictera pas de décret d’application de la disposition “menus végétariens” de la loi EGalim

La loi a été promulguée le 1er novembre 2018.
Le député Matthieu Orphelin a alerté le gouvernement le 30 avril 2019.
Le ministre de l'Agriculture répond au député le 3 septembre 2019 qu'il confie la mise en œuvre à un un groupe de travail issu du CNRC dédié à la nutrition... La réponse du ministre encourage une interprétation a minima de la disposition : Le menu végétarien hebdomadaire tel que prévu par la loi peut constituer une alternative à d'autres menus dans le cas où plusieurs menus sont proposés ; Un décret n'est pas nécessaire (réponse du ministère de l'agriculture)
Un décret d'application aurait pu permettre d'instaurer une journée végétarienne pour tous dans les cantines, plus conformément à la volonté du législateur :
Cet amendement vise à expérimenter l’introduction d’un menu végétarien au moins une fois par semaine dans la restauration collective scolaire publique et privée. Ce menu pourra être composé de protéines animales (laitages, œufs) ou végétales (céréales, légumineuses). (Exposé sommaire de l'amendement adopté)
Un décret d'application aurait pu permettre de fixer un cadre rigoureux pour l'évaluation de cette expérimentation, plus conformément à la volonté du législateur :
L’objectif est d’évaluer l’incidence de la présence d’options végétariennes sur le gaspillage alimentaire, puisque la part « viande, poissons, œufs » représente près de 50 % du coût de ce gaspillage.
L’objectif est également d’évaluer l’impact d’options végétariennes quotidiennes, grâce auxquelles les convictions de l’ensemble de la population seraient respectées
(Exposé sommaire de l'amendement adopté)

« Art. L. 230-5-6.-A titre expérimental, au plus tard un an après la promulgation de la loi n° 2018-938 du 30 octobre 2018 pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, pour une durée de deux ans, les gestionnaires, publics ou privés, des services de restauration collective scolaire sont tenus de proposer, au moins une fois par semaine, un menu végétarien. Ce menu peut être composé de protéines animales ou végétales.
« L'expérimentation fait l'objet d'une évaluation, notamment de son impact sur le gaspillage alimentaire, sur les taux de fréquentation et sur le coût des repas, dont les résultats sont transmis au Parlement au plus tard six mois avant son terme.

(extrait de la loi)

ont agi contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 9 mai 2019 - Manifeste → Europe

Européennes 2019 : ces listes ne soutiennent pas les propositions de l'AVF pour végétaliser notre modèle alimentaire

Hors course (...) Cette catégorie n’est composée que d’un parti, Lutte Ouvrière, qui refuse de se positionner sur nos propositions, dans la mesure où celles‐ci s’inscrivent dans un système politique et économique qu’il rejette. (...)
A contre‐courant
A contre‐courant (...) Ces listes n’ont pas répondu aux sollicitations de l’AVF et en plus, leur programme n’illustre pas vraiment un engagement de leur part en faveur d’une réduction de la production et de la consommation de produits d’origine animale. (...)

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 2 avril 2019 - Question parlementaire

Conditions d'élevage et d'abattage des poissons : le ministre de l'agriculture s'en remet à la filière piscicole plutôt que de renforcer la réglementation

Depuis les années 2010, la profession piscicole française s'est engagée dans une démarche responsable qui s'est traduite notamment par des engagements sur les conditions d'élevage, les installations et les conditions d'abattage, garantissant le respect du bien-être des poissons, à travers l'élaboration d'un cahier des charges unique, élaboré par la commission « durabilité » de l'interprofession piscicole, incluant l'ensemble des parties prenantes (dont WWF). En outre, à la suite des états généraux de l'alimentation, la filière a élaboré un plan de filière contenant une action spécifique sur le bien-être animal (recherche et formalisation de nouveaux indicateurs du bien-être animal, construction d'un outil d'aide au pilotage du bien-être animal dans les élevages grâce au travail d'identification des bonnes pratiques qui va également être mené).
(extrait de la question)

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 4 décembre 2018 - Question parlementaire

Le ministre de l'Agriculture refuse d'envisager de rendre obligatoire l'insensibilisation des homards avant leur mise à mort

La France n'envisage pas la mise place d'une réglementation nationale allant au-delà de la réglementation européenne.
Des discussions ont été entamées au sein de la plateforme bien-être animal de l'Union européenne sur l'élevage, le transport et l'étourdissement des poissons. Ces échanges, qui n'ont pas vocation à donner lieu dans l'immédiat à un encadrement réglementaire, pourraient par la suite être étendus aux crustacés.
(extrait de la réponse du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation aux questions écrites des députés Jean-Luc Lagleize et Éric Coquerel)

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 18 septembre 2018 - Question parlementaire

Le ministre de l'Agriculture n'envisage pas d'avancées réglementaires contre les souffrances des poissons d'élevage et s'en remet à la filière piscicole

Depuis les années 2010, la profession piscicole française s'est engagée dans une démarche responsable qui s'est traduite notamment par des engagements sur les conditions d'élevage, les installations et les conditions d'abattage, garantissant le respect du bien-être des poissons, à travers l'élaboration d'un cahier des charges unique, élaboré par la commission « durabilité » de l'interprofession piscicole, incluant l'ensemble des parties prenantes (dont WWF). En outre, à la suite des états généraux de l'alimentation, la filière travaille actuellement à l'élaboration d'un plan de filière dans lequel le bien-être sera bien pleinement pris en compte. Ce plan de filière est attendu pour le mois de septembre 2018.
(extrait de la réponse)

a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 21 juin 2018 - Dans la presse

Le président Macron promet des aides financières et un soutien réglementaire à l'industrie de la pêche

Le Président de la République a prononcé ce jeudi 21 juin un discours à Quimper (Finistère) devant près de 700 élus et personnalités. Voici ce qu’il faut retenir de son allocution. (...) Emmanuel Macron a également réaffirmé son soutien à la filière pêche : « La position de la France est claire. Nous voulons préserver nos équilibres et garantir l’accès aux zones de pêche. De même, nous continuerons à accompagner les professionnels concernant le renouvellement de la flotte. 
(extrait de l'article de Lucile VANWEYDEVELDT, Ouest-France)

Agir !

Interpellez-le

ont agi contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 21 juin 2018 - Amendement → Prise de position marquante

Amendement 735 du gouvernement reprécisant l'interdiction de l'usage des termes comme «steak», «filet», «bacon», «saucisse», «merguez»... pour désigner des produits «comportant des protéines végétales se substituant aux protéines animales»

Amendement adopté

N° 735

21 juin 2018

AMENDEMENT
présenté par

C Favorable
G Favorable
Adopté
Le Gouvernement
ARTICLE 11 SEXIES

Rédiger ainsi cet article :

Après l’article L. 412-6 du code de la consommation, il est inséré un article L. 412-7 ainsi rédigé :

« Art. L. 412-7. – Les dénominations des denrées traditionnellement utilisées pour désigner des denrées d’origine animale ne peuvent être utilisées pour désigner des denrées comportant des protéines végétales se substituant aux protéines animales.

« Un décret en Conseil d’État définit les modalités d’application du présent article. »

Objet

ont agi contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 27 mars 2018 - Amendement

Avis défavorable du ministre de l’agriculture sur l'instauration une alternative végétarienne quotidienne dans la restauration collective

M. Stéphane Travert, ministre de l’agriculture et de l’alimentation. …des pois chiches. Ces filières fonctionnent bien et sont à même de faire d’intéressantes propositions pour la restauration collective. Il faut également faire en sorte d’y servir de la viande d’origine française (...) Reste que la restauration collective peut d’ores et déjà proposer des plats végétariens. (...) Il n’est donc pas nécessaire de rendre obligatoire ce plan de diversification des protéines : l’encadrement national est suffisant et les établissements, j’y insiste, peuvent proposer un menu alternatif – et de plus en plus le font. (...) Compte tenu de tous ces éléments, j’invite leurs auteurs à retirer ces amendements.