ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Zoo / Cirque Zoo / Cirque

le 27 juin 2022 - Vote vœu → Municipale

La ville de Grenoble vote un vœu visant à interdire les animaux dans les cirques

Agir !

Félicitez-les

Conseil municipal du 27/06/22
Voeu du groupe Grenoble en Commun

Pour une réglementation nationale d’interdiction des animaux dans les cirques

Le 28 janvier 2015, l’Assemblée nationale vote en lecture définitive le projet de loi relatif à la modernisation du droit après 10 mois de débat parlementaire et sociétal : l’animal est désormais reconnu comme un « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil (nouvel article 515-14) et ne doit plus être considéré comme un bien meuble (article 528), suite à la mobilisation d’associations comme la Fondation 30 millions d’amis et d’une mobilisation citoyenne ayant rassemblé plus de 800 000 signatures dans une pétition d’envergure nationale.

Les animaux doivent ainsi enfin, être considérés comme des êtres doués de sensibilité. Ce changement de paradigme implique que les politiques publiques doivent intégrer enfin le bien-être animal et ses conditions de vie dans ses objectifs.

Ainsi, en novembre 2021, était votée au parlement la PPL Animaux, visant à lutter contre la maltraitance animale, à conforter le lien entre les animaux et les hommes et in fine à proposer des avancées significatives en matière de condition animale.

Dans les faits, cette loi prévoit l’interdiction d’élevage d’animaux pour leur fourrure, l’interdiction de la vente de chiens et de chats dans les animaleries, le durcissement des peines pour les cas de maltraitance, et l’interdiction de la mise en scène d’animaux dits sauvages dans les cirques itinérants.

Ainsi, d’ici 2028, les animaux dits sauvages ne pourront plus être exploités à des fins de spectacle, et, dès 2023, l’acquisition et la reproduction de ces animaux sera interdite.

Cependant, ces dispositions légales sont tout à fait insuffisantes pour lutter efficacement contre l’exploitation des animaux de cirque.

En effet, cette loi exclut tous les autres animaux : les chiens, les chats, les chevaux, les chèvres, les furets, les chameaux, les dromadaires, les serpents, les otaries, etc… donc ces animaux continueraient à être exploités dans les cirques car exclus de cette proposition de loi.

Il faut considérer que les spectacles de cirque contiennent des numéros imposant aux animaux des exercices contre-nature obtenus au prix d'un dressage, d’une détention, et de longues périodes d’itinérance, étant reconnus comme incompatibles avec les impératifs biologiques les plus basiques de leur espèce.

Tous ces animaux, sans exception aucune, qui sont exploités dans les cirques exécutent des numéros parce qu’ils n’ont pas le choix. Cet état de fait rend ces spectacles bien moins divertissants qu’il n’y parait.
C’est pourquoi, par ce vœu, la Ville de Grenoble, forte d’une délégation à la condition animale, souhaite poursuivre dans son ambition d’exemplarité dans ses actions de rejet de l’exploitation animale, et propose que cette interdiction de mise en scène des animaux dans les cirques, les privant de leur dignité, s’étende à tous les types d’animaux, qu’ils soient sauvages, domestiques, de ferme ou autres.

Aussi, par ce vœu, qui demande l’interdiction de la mise en scène de l’exploitation animale, la Ville de Grenoble souhaite ainsi encourager les cirques éthiques, sans animaux, en appuyant son intention d’impulser une évolution de société nécessaire, qui conforte les liens de respect et de bienveillance entre les animaux humains et les animaux non humains.

Le Conseil Municipal de Grenoble demande ainsi à l’assemblée nationale et au gouvernement :

De créer une réglementation nationale interdisant la présence de tout animal, quelle que soit son espèce, dans les cirques et de privilégier les spectacles 100% humains.

De créer et financer un dispositif de sanctuaires pour garantir la prise en charge de l’ensemble des animaux de cirques.