a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 13 février 2014 - Question parlementaire → Nationale

Antoine Lefèvre relaie les demandes des chasseurs d'étendre les périodes de chasse des blaireaux, des pigeons ramiers et des sangliers

Pour ce qui concerne le grand gibier, [...] une chasse autorisée à l'année.
Pour réduire la densité des blaireaux, [...] possibilité de prélèvements à tir à l'approche ou à l'affût à partir du 1er juin
pour la chasse au pigeon ramier [...] les chasseurs souhaiteraient bénéficier de cette date plus tardive
extraits de la question

Question parlementaire du sénateur de l'Aisne Antoine Lefèvre :

M. Antoine Lefèvre attire l'attention de M. le ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les demandes émanant des chasseurs du département de l'Aisne, en particulier concernant les périodes et les modalités de destruction des animaux d'espèces classées nuisibles. Dans ce département, la prolifération des sangliers mais aussi des blaireaux ou encore de pigeons ramiers suscitent plusieurs requêtes.
Pour ce qui concerne le grand gibier, les dégâts importants qu'ils causent à la fois aux agriculteurs et forestiers, aux propriétaires privés, mais aussi aux chasseurs (mis à contribution de plus en plus lourdement pour financer l'indemnisation des victimes), sans oublier les conducteurs victimes de collisions routières, plaident pour une chasse autorisée à l'année.
Pour réduire la densité des blaireaux, destructeurs de cultures, la fédération locale évoque une possibilité de prélèvements à tir à l'approche ou à l'affût à partir du 1er juin, plutôt qu'en septembre, pour les détenteurs d'une autorisation préfectorale individuelle.
Enfin, pour la chasse au pigeon ramier et au vu des études disponibles (notamment celle du GIFS) qui démontrent que cette espèce migratrice tend, de plus en plus, à la sédentarisation pour une partie de sa population et ne migrerait donc qu'en mars, les chasseurs souhaiteraient bénéficier de cette date plus tardive que celle du 20 février actuellement.
En conséquence, il lui demande si de telles dérogations, avec des modalités qui restent à définir, pourraient être mises en place.

Source :