Chasse

Marie-Françoise Perol-Dumont demande d'augmenter les tirs de sangliers... sans remettre en cause les élevages et importations de sangliers ou l'absence de recherche d'alternatives

Personnalité politique (1)

Prise de position

Question Parlementaire de Marie-Françoise Perol-Dumont, sénatrice de la Haute-Vienne :

Mme Marie-Françoise Perol-Dumont attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur les dégâts causés par le gibier sur les cultures et dans les troupeaux. Les agriculteurs font en effet état d'une croissance exponentielle de ces dommages causés majoritairement par les sangliers, qui entraînent des pertes en fourrage dont les rendements souffrent déjà des conditions climatiques de l'année 2016.
Les prairies, y compris nouvellement semées, ne sont pas épargnées et les agriculteurs estiment que cela entraînera une perte de fonds aux conséquences pluriannuelles. Devant la complexité des démarches et la faiblesse des indemnisations, beaucoup renoncent à déclarer les dommages.
Enfin, ils déplorent que dans certains secteurs, une réactivité insuffisante des chasseurs face à leurs demandes d'intervention ne permette pas de limiter la prolifération du gibier.
Comme mesure immédiate, les chambres d'agriculture des départements concernés demandent ainsi que l'État mobilise les moyens de l'office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) pour assurer des prélèvements sur tous les territoires où il est nécessaire de réguler les populations de gibier, et qu'il engage également une réflexion sur une meilleure prise en compte de ces types de dégâts dans les nouvelles modalités de gestion des risques agricoles. Elle lui demande donc ses intentions en la matière.

Sources

Partager cette prise de position