a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 7 juillet 2022 - Question parlementaire → Nationale

La sénatrice Christine Bonfanti-Dossat demande au gouvernement des quotas plus importants de tirs d'abattage de grands cormorans, notamment pour les intérêts de la filière piscicole

Question écrite n° 00669 de Mme Christine Bonfanti-Dossat sénatrice (Lot-et-Garonne - Les Républicains) :

Mme Christine Bonfanti-Dossat attire l'attention de M. le ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires sur la régulation des cormorans qui constituent toujours une importante menace pour de nombreuses espèces de poissons présents dans les rivières et cours d'eau.
Or, depuis plusieurs années, certains arrêtés préfectoraux sont cassés, empêchant ainsi les prélèvements ou les ralentissant considérablement : le Lot-et-Garonne a ainsi fait partie de la dizaine de départements ayant vu son arrêté local cassé.
Cette gestion illisible et instable au fil des années ne permet pas de réelle efficience tant au plan local que national.
Récemment, le ministère de la transition écologique a d'ailleurs soumis à consultation du public son propre arrêté ministériel, renforçant l'incertitude : la conséquence pourrait en effet être très inquiétante, avec une campagne 2022-2025 permettant de tirer seulement, en Lot-et-Garonne, une quinzaine d'oiseaux autour des piscicultures contre un quota annuel de 500 spécimens.
Cette précipitation administrative ne peut s'affranchir des enjeux politique et juridique à revoir dans la gestion du cormoran : d'abord, la mise en place d'un groupe de travail au sein de l'office français de la biodiversité est désormais nécessaire afin d'assurer un suivi national, par département, de la gestion de cette espèce; ensuite, la sécurisation des arrêtés juridiques dans les départements doit être approfondie afin d'assurer une visibilité accrue des situations par les piscicultures ou les fédérations de pêche notamment.
Elle lui demande d'aborder dans les semaines à venir ce dossier qui préoccupe de nombreux acteurs locaux dans tous les départements.

Source :