a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 25 juin 2013 - Question parlementaire

Sergio Coronado interpelle le gouvernement sur le déterrage des blaireaux et demande son interdiction

Agir !

Félicitez-le

Dans les pays européens où la chasse du blaireau est encore autorisée, cette pratique particulièrement cruelle et inutile a été totalement interdite. Il demande ce qu'elle compte entreprendre afin de remédier à cette situation, préserver les blaireaux notamment lorsqu'ils ne sont pas encore sevrés, et limiter les atteintes à la faune sauvage.
extrait de la question (réponse du gouvernement)

Question parlementaire Sergio Coronado, député des Francais établis hors de France :

M. Sergio Coronado attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur les problématiques liées à la chasse au blaireau et à la préservation de cette espèce. Le blaireau est une espèce de gibier qui peut, à ce titre, être chassée pendant la période légale de chasse. Cependant, en vertu de l'article R. 424-5 du code de l'environnement, cette espèce bénéficie d'une période complémentaire de chasse sous terre du 15 mai à l'ouverture générale. Par conséquent, cette espèce peut être chassée sous terre neuf mois et demi par an, et notamment pendant la période de reproduction et de dépendance des jeunes. Le déterrage consiste à lâcher des chiens pour acculer le blaireau au fond de son terrier puis l'en extirper brutalement et l'abattre : les déterreurs envoient un de leurs chiens s'engouffrer dans la blaireautière ; pendant que le chien parcourt les galeries du terrier, les chasseurs guettent sa progression signalée par ses aboiements puis décèlent au ton de ces derniers que le blaireau est tenu en respect dans un accul ; les veneurs commencent l'excavation. Pendant ce temps, le blaireau endure de longues heures de stress (jusqu'à une journée entière), blotti au fond de sa tanière sous les morsures des chiens. Lorsqu'ils arrivent au niveau de l'animal, les chasseurs l'extirpent à l'aide d'énormes pinces métalliques qui lui infligent de douloureuses blessures. Le blaireau est alors exécuté avec une carabine, une dague ou une aiguille enfoncée derrière la tête, parfois assommé à coups de pelle ou de manche de pioche, ou livré encore vivant aux chiens. Ce mode de chasse pratiqué par des équipages de plusieurs personnes menant des meutes de plusieurs chiens, ce qui occasionne un dérangement disproportionné à toute la faune sauvage. De plus, le blaireau partage son terrier avec plusieurs espèces dont certaines sont strictement protégées comme le chat forestier ou certains chiroptères. Dans les pays européens où la chasse du blaireau est encore autorisée, cette pratique particulièrement cruelle et inutile a été totalement interdite. Il demande ce qu'elle compte entreprendre afin de remédier à cette situation, préserver les blaireaux notamment lorsqu'ils ne sont pas encore sevrés, et limiter les atteintes à la faune sauvage.