a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 5 mai 2010 - Communication officielle → Européenne

Bruno Gollnisch condamne les régressions législatives en matière de "bien-être animal" et les modes d'abattage cruels

Agir !

Félicitez-le

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Dans une explication écrite de son vote sur la "Résolution du Parlement européen du 5 mai 2010 sur l'évaluation et le bilan du plan d'action communautaire pour le bien-être animal au cours de la période 2006-2010", Bruno Gollnisch s'étonne « qu'il ne soit pas fait mention des régressions législatives imposées par la Commission [...] qui ont un impact [...] aussi sur le bien-être animal » et condamne le fait que la mention « des usages en matière de rites religieux et de traditions culturelles » soit instrumentalisée pour légaliser des « modes d'abattage cruels ».

Intégralité de l'explication de vote de Bruno Gollnisch ci-dessous

Bruno Gollnisch (NI), par écrit. – Deux remarques à propos de ce rapport. Même si le rapporteur ne va pas tout à fait au bout de sa logique, il est rafraîchissant de constater que ce Parlement prend enfin conscience d'un certain nombre de problèmes. L'imposition de règles légitimes à nos propres producteurs et éleveurs les pénalise dans un système ultra-échangiste mondial où les préoccupations sociales, environnementales ou autres sont considérées par l'OMC comme des barrières non tarifaires aux échanges. Faut-il rappeler que ce même Parlement a toujours privilégié le commerce et qu'il est donc coresponsable de cette situation ? Je m'étonne également de ce qu'il ne soit pas fait mention des régressions législatives imposées par la Commission au sujet, notamment, des productions biologiques, qui ont un impact non seulement sur la qualité des produits, mais aussi sur le bien-être animal et la santé humaine. Deuxièmement, il serait temps de prendre conscience de ce que le respect, pour vous citer, « des usages en matière de rites religieux et de traditions culturelles » peut aller à l'encontre de ces normes que vous prétendez défendre et des traditions et pratiques réellement européennes. Il n'est pas acceptable que certaines communautés allogènes puissent revendiquer sur ces bases des modes d'abattage cruels, et même recommander la violation de la réglementation de l'UE dans ce domaine !