a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 21 juillet 2015 - Question parlementaire

Patrick Balkany demande l'abolition du broyage des poussins mâles

Agir !

Félicitez-le

Cette pratique de l'élimination en masse des poussins mâles a été révélée par un ancien employé de couvoir en Bretagne, dont le témoignage filmé a été rendu public en novembre 2014 par l'association L214 (...) Les images, particulièrement choquantes, montrent en effet des poussins jetés de façon routinière dans une broyeuse ou étouffés par centaines dans des sacs-poubelle.
L'Allemagne a quant à elle d'ores et déjà décidé d'abandonner officiellement ce procédé cruel. (...) [M. Patrick Balkany] demande donc [au ministre de l'agriculture] s'il envisage d'instaurer de façon obligatoire en France la méthode de prédétermination du sexe des poussins, afin d'abolir la pratique du broyage.
(extraits de la question)
(réponse du ministre)

Question écrite de Patrick Balkany, député des Hauts-de-Seine :

M. Patrick Balkany appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt, porte-parole du Gouvernement sur la pratique du broyage à vif des poussins dans les couvoirs de poules pondeuses. Dans l'élevage avicole, seuls les nouveau-nés femelles sont conservés pour la production d'œufs et les poussins mâles sont détruits. N'ayant pas les mêmes caractéristiques que les poulets élevés pour leur chair, ils sont considérés comme inutiles par la filière avicole. En France, premier pays européen producteur d'œufs avec près de 15 milliards d'œufs pondus en 2015, ce sont environ 50 millions de poussins mâles qui sont ainsi éliminés de façon particulièrement cruelle au premier jour de leur vie : déchiquetés vivants à l'aide de broyeuses, gazés ou étouffés. Cette pratique de l'élimination en masse des poussins mâles a été révélée par un ancien employé de couvoir en Bretagne, dont le témoignage filmé a été rendu public en novembre 2014 par l'association L214, qui informe sur les conditions d'élevage, de transport, de pêche et d'abattage des animaux utilisés dans la production alimentaire. Les images, particulièrement choquantes, montrent en effet des poussins jetés de façon routinière dans une broyeuse ou étouffés par centaines dans des sacs-poubelle. Cette pratique constitue indéniablement une dérive de l'industrie avicole incompatible avec les principes d'une société qui reconnaît le caractère sensible de l'animal. En novembre 2014, les services du ministère de l'agriculture ont communiqué à la presse leur intention de remettre à plat les normes de mise à mort des animaux et de traiter la question de la mise à mort des poussins dans les couvoirs. L'Allemagne a quant à elle d'ores et déjà décidé d'abandonner officiellement ce procédé cruel. Grâce à une méthode développée à Leipzig, il devrait être possible de déterminer le sexe des poussins dès le 3ème jour de leur développement par une technique de spectrométrie, permettant un tri précoce des poussins dans l'œuf. Une première mise en œuvre industrielle devrait débuter dès 2016 outre Rhin. La pratique du broyage devrait quant à elle être abolie à partir de 2017. La France, ayant adopté la loi d'avenir agricole qui vise à développer un modèle agricole respectueux du bien-être animal, s'honorerait à prendre la même décision que l'Allemagne et ainsi à mettre fin à la pratique du broyage des poussins. Il lui demande donc s'il envisage d'instaurer de façon obligatoire en France la méthode de prédétermination du sexe des poussins, afin d'abolir la pratique du broyage.