a penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 26 avril 2018 - Question parlementaire

La sénatrice Brigitte Lherbier demande un accompagnement permettant aux «élevages de poules pondeuses en batterie de se tourner vers l'élevage en plein air»

Positif mais n'envisage pas d'interdiction à terme ni de moratoire dans l'immédiat

L'élevage de poules dans des cages trop petites pour qu'elles puissent y déployer leurs ailes, sans paille, et sans qu'elles ne puissent voir la lumière du jour engendrent chez cet animal des souffrances. (...) Cependant, les éleveurs ont souvent investi beaucoup d'argent, voire toutes leurs économies, pour édifier ce type d'élevages de poules pondeuses en batterie. Une transition brutale, sans accompagnement, pourrait plonger nombre d'entre eux dans de graves difficultés financières. C'est pourquoi elle lui demande si le Gouvernement a bien prévu des mesures transitoires et un accompagnement des éleveurs afin de permettre aux élevages de poules pondeuses en batterie de se tourner vers l'élevage en plein air, comme le président de la République s'y est engagé.
(extrait de la question)

Question écrite de Brigitte Lherbier, sénatrice du Nord :

Élevages des poules pondeuses en batterie

Mme Brigitte Lherbier attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur le mode d'élevage des poules pondeuses en cage.
La qualité de notre alimentation et le bien-être animal sont des sujets qui préoccupent de plus en plus les Français. L'élevage de poules pondeuses en batterie ne permet pas de satisfaire les exigences de nos concitoyens aussi bien au niveau de la qualité des œufs pondus, comme sur le sujet du bien-être animal. L'élevage de poules dans des cages trop petites pour qu'elles puissent y déployer leurs ailes, sans paille, et sans qu'elles ne puissent voir la lumière du jour engendrent chez cet animal des souffrances. Pourtant, le code civil reconnaît tous les animaux comme des êtres vivants doués de sensibilité. Or ce mode d'élevage ignore cette sensibilité animale. Lors de son discours de clôture des états généraux de l'alimentation, le Président de la République a confirmé sa volonté de ne plus voir commercialiser en France que des œufs issus d'élevages en plein air à l'horizon 2022.
Cependant, les éleveurs ont souvent investi beaucoup d'argent, voire toutes leurs économies, pour édifier ce type d'élevages de poules pondeuses en batterie. Une transition brutale, sans accompagnement, pourrait plonger nombre d'entre eux dans de graves difficultés financières.
C'est pourquoi elle lui demande si le Gouvernement a bien prévu des mesures transitoires et un accompagnement des éleveurs afin de permettre aux élevages de poules pondeuses en batterie de se tourner vers l'élevage en plein air, comme le président de la République s'y est engagé.

Source :