a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 3 février 2009 - Question parlementaire → Nationale

Jean-Marc Roubaud souhaite l'interdiction de la chasse à la baleine à des fins scientifiques

Agir !

Félicitez-le

Les députés sont partisans du maintien du moratoire mondial sur la chasse commerciale et de l'interdiction du commerce international des produits tirés de la baleine. Ils souhaitent qu'il soit mis fin à la chasse scientifique et encouragent la désignation de vastes zones maritimes et océaniques comme sanctuaires où toute chasse à la baleine est interdite pour une durée indéterminée.
extrait de la question

Question Parlementaire de Jean-Marc Roubaud, député du Gard :

M. Jean-Marc Roubaud attire l'attention de M. le secrétaire d'État chargé des affaires européennes sur la récente demande de la commission de la pêche du Parlement européen d'éradiquer la mise à mort de baleines à des fins scientifiques et le maintien d'un moratoire mondial sur la chasse commerciale. En effet, dans un rapport adopté récemment, les députés appellent l'Union européenne à oeuvrer à la conclusion d'un accord universel sur la chasse à la baleine. À l'heure actuelle, une espèce de cétacé sur quatre est considérée comme menacée, neuf figurent sur la liste des espèces en danger d'extinction, tandis que la situation de nombreuses espèces et populations reste floue. Par exception, le moratoire en vigueur ne s'applique qu'à la chasse commerciale. En plus de l'exception faite pour la chasse aborigène, des recherches scientifiques peuvent être entreprises moyennant des permis spéciaux accordés par le pays qui mène les recherches. Tous les membres de la Commission baleinière internationale (20 des 27 États membres de l'UE sont membres de la CBI) n'ont pas souscrit au moratoire et la pêche commerciale se pratique donc encore. Les députés sont partisans du maintien du moratoire mondial sur la chasse commerciale et de l'interdiction du commerce international des produits tirés de la baleine. Ils souhaitent qu'il soit mis fin à la chasse scientifique et encouragent la désignation de vastes zones maritimes et océaniques comme sanctuaires où toute chasse à la baleine est interdite pour une durée indéterminée. Le rapport reconnaît la nécessité d'autoriser un quota de chasse limité pour les collectivités qui pratiquent traditionnellement cette chasse pour leurs besoins alimentaires, mais demande une nette intensification des efforts de recherche en vue de trouver et d'utiliser des méthodes humaines d'abattage. La commission de pêche demandant que cette chasse s'inscrive uniquement dans le cadre de quotas précis et strictement contrôlés. En conséquence, il lui demande de bien vouloir lui faire connaître sa position à ce sujet.