a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 1 avril 2021 - Question parlementaire → Nationale

Le sénateur Christian Redon-Sarrazy demande au gouvernement une amélioration des conditions d'élevage des poissons et une insensibilisation au moment de l'abattage

Question écrite n° 21933 de M. Christian Redon-Sarrazy (Haute-Vienne - SER) :

M. Christian Redon-Sarrazy attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur les améliorations qu'il conviendrait d'apporter au bien-être des animaux aquatiques en aquaculture.
L'état actuel des connaissances scientifiques établit que les animaux aquatiques disposent d'une capacité de souffrance similaire aux animaux terrestres. Pourtant, les animaux aquatiques d'élevage ne bénéficient pas de la même considération que les autres animaux d'élevage et sont généralement « oubliés » en matière de bien-être.
Or, les normes les concernant, à la fois à titre individuel et en groupe, doivent logiquement se baser sur les mêmes besoins que ceux des animaux d'autres filières. L'accès à des moyens de subsistance, ainsi qu'à un environnement de vie adapté – doté d'un espace suffisant, évitant l'isolement et doté de matériels nécessaires pour exprimer leurs comportements naturels, qui ne les expose pas à des risques excessifs de maladies ou de blessures – qui garantit leur bonne santé physique et psychologique, doit ainsi être recherché.
Selon les experts et associations luttant pour une meilleure prise en compte du bien-être animal en élevage, ces notions de bien-être doivent être garanties à chaque étape de la vie des animaux élevés, y compris à l'abattage. Pour ce faire, il conviendrait de prendre particulièrement en considération la qualité de l'alimentation fournie, les besoins en espace en limitant la densité des stocks, la qualité de l'eau afin d'assurer une bonne oxgénation, et de garantir que les animaux soient correctement étourdis avant leur abattage. Sur le plan médical, en particulier pour des animaux fréquemment exposés à des maladies ou des parasites, la mise en place de stratégies de prévention efficaces doivent être privilégiées.
Il lui demande donc comment le Gouvernement entend encourager ces pratiques vertueuses auprès des professionnels de l'aquaculture.

Source :