a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 23 septembre 2021 - Question parlementaire → Nationale

Le sénateur Daniel Salmon demande au Gouvernement d'interdire les chasses traditionnelles

Question orale au gouvernement de M. Daniel Salmon sénateur (Ille-et-Vilaine - GEST) :

M. Daniel Salmon. Madame la secrétaire d'État chargée de la biodiversité, il y a quelques jours, au sommet mondial de la biodiversité à Marseille, le Président de la République déclarait dans un beau discours sa détermination à porter haut et fort les enjeux de la biodiversité.
Et voilà que nous apprenons que le Gouvernement s'apprête à réautoriser des pratiques de chasse récemment interdites (Ah ! sur des travées du groupe Les Républicains.), avec le piégeage traditionnel de plus de 100 000 oiseaux sauvages appartenant à des espèces en déclin, alors même que le Conseil d'État et la Cour de justice de l'Union européenne ont récemment déclaré ces pratiques illégales et que la France a perdu – rappelons-le – près du tiers de ses oiseaux depuis le début du XXIe siècle.
Vous n'en serez pas surprise, madame la secrétaire d'État, mais il nous paraît totalement inimaginable de tolérer demain, à nouveau, ces chasses non sélectives. L'Espagne a déjà été condamnée par l'Union européenne sur ce fondement.
Certains prétendent que, défendre la chasse, c'est défendre la ruralité (Oui ! sur des travées du groupe Les Républicains.), c'est défendre les traditions. (Oui ! sur des travées du groupe Les Républicains.)
Non, madame la secrétaire d'État, mes chers collègues, le monde rural n'est pas menacé par l'interdiction de pratiques cruelles et dépassées (Protestations sur des travées du groupe Les Républicains.), qui s'appliquent sur des espèces en déclin.
La majorité des ruraux sont d'ailleurs opposés à ces pratiques de chasse. Les chiffres sont têtus : seuls 26 % des ruraux sont favorables à la chasse telle qu'elle est pratiquée et 70 % des chasseurs sont des urbains – il faut le préciser.
Oui, nous appelons au respect de la ruralité ! Une ruralité bienveillante, vivante et respectueuse de toutes et de tous. (Vives protestations sur des travées du groupe Les Républicains.) Respecter la ruralité, c'est d'abord cesser de soutenir un modèle libéral qui métropolise la France, en détruisant les emplois ruraux.
C'est cesser cette agriculture intensive qui met à mal trop de paysans et de paysages. C'est arrêter de détruire les services publics. C'est aussi pouvoir, le dimanche, se promener tranquillement, en paix, en forêt ou sur des chemins ruraux.
Vos mesures clientélistes n'ont rien à voir avec la défense de la ruralité. Madame la secrétaire d'État, quand allez-vous prendre en compte ces territoires délaissés ? (Applaudissements sur les travées du groupe GEST.)

Source :