a penché contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 5 décembre 2016 - Dans la presse

Yannick Jadot ne se prononce pas pour l'interdiction totale de la chasse en enclos

Réponse inquiétante

Agir !

Interpellez-le

Click & Tweet Click & Mail Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Se pose aussi la question de la chasse commerciale, souvent adossée à l’installation d’enclos de chasse, qui morcellent les milieux naturels et font obstacle à la circulation des espèces. Je souhaite qu’elle soit mieux encadrée, et que le préfet puisse la réguler dans chaque département.
(extrait de l'interview de Yannick Jadot par Chassons.com)

Passage concerné de l'interview de Yannick Jadot par Chassons.com :

Magazine Chassons.com : Y a-t-il des modes de chasse que vous autoriseriez et d'autres que vous souhaiteriez supprimer et pourquoi ?

Yannick Jadot : Pour répondre à cette question qui soulève les passions, le mieux est de partir des conditions constituant des préalables à la chasse. Seules les pratiques sélectives, concernant des espèces en bon état de conservation – donc qui ne mettent pas en danger les populations animales, gibier ou non -, non cruelles, compatibles avec les autres usages des milieux naturels et respectueuses des lois et règlements, européens et nationaux, ont leur place dans la France du XXIème siècle.

Que du bon sens, de l’éthique, du civisme, en réalité. J’entends les arguments qui veulent justifier certaines pratiques, comme la chasse à la glu, à la matole, la chasse à courre ou encore le déterrage, au nom d’usages ancestraux. Mais le respect d’une tradition passe après les conditions que je viens d’énoncer. Se pose aussi la question de la chasse commerciale, souvent adossée à l’installation d’enclos de chasse, qui morcellent les milieux naturels et font obstacle à la circulation des espèces.

Je souhaite qu’elle soit mieux encadrée, et que le préfet puisse la réguler dans chaque département. Et la consultation encours sur le retour de la chevrotine est anachronique : cette arme a pour objectif de blesser plus que tuer, elle génère de la souffrance animale inutile, sans parler du risque aggravé pour les chasseurs compte tenu de l’effet rebond. Et, bien entendu, les espèces protégées ou d’autres en difficulté, qui ne devraient pas être chassées le temps de reconstruire les effectifs.