a agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 28 mai 2012 - Source associative → Nationale

Le MHAN opposé à la ferme des mille vaches

Agir !

Félicitez-le

Réponse du MHAN, présidé par Jacques Leboucher, au questionnaire de L214 :

Dans la Somme, un projet d'élevage laitier industriel est en cours d'instruction. Sur le site, seraient confinés en bâtiment 1000 vaches et 750 veaux et génisses. Ce serait alors le plus grand élevage français de ce type.
Êtes-vous opposé à l'installation d'exploitations laitières de taille comparable à l'élevage
de 1000 vaches actuellement envisagé dans la Somme ?

"Oui"

Soutiendrez-vous des mesures destinées à faire régresser l'élevage intensif hors-sol sur le territoire français ? Vous opposerez-vous aux politiques qui encouragent ce type d'élevage ?

"Oui"

Aucune réglementation spécifique ne protège les lapins élevés pour leur chair. Dans les élevages intensifs hors-sol, les animaux sont entassés toute leur vie dans des cages au sol grillagé. La promiscuité dans les élevages et les conditions de vie nécessitent l'emploi massif d'antibiotiques. Les lapins sont, parmi les animaux d'élevage, ceux qui sont les plus exposés aux antibiotiques.
Êtes-vous favorable à l'extinction progressive des élevages de lapins 100% cages ?

"Oui"

Au moment de leur mise à mort, malgré les exigences réglementaires, les observations de terrain montrent qu'un étourdissement efficace des animaux n'est pas garanti pour l'abattage standard. Quant à l'abattage rituel, une dérogation autorise actuellement la mise à mort des animaux sans étourdissement préalable.
Êtes-vous favorable à la mise en place de mesures et de contrôles garantissant un étourdissement systématique et efficace des animaux, que ce soit dans l’abattage standard ou l’abattage rituel ?

"Oui"

A défaut d'obtenir un étourdissement obligatoire pour tous les animaux, êtes-vous favorable à l'étiquetage du mode d'abattage des animaux ?

"Oui"

Le décret n° 2011-1227 du 30 septembre 2011 relatif à la qualité nutritionnelle des repas servis dans le cadre de la restauration scolaire rend impossible l'offre quotidienne d'une alternative végétarienne dans les cantines scolaires et impose à tous un modèle alimentaire basé sur une forte consommation de produits d'origine animale.
Êtes-vous favorable à la présence du choix d'un menu végétarien dans la restauration collective ?

"Oui"

L'élevage et la pêche intensifs menacent l'environnement, les populations et le bien-être animal. Le modèle alimentaire français reste pourtant fondé sur une consommation importante de produits d'origine animale, qui encourage les productions de type intensif.
Êtes-vous favorable à une diminution de la part des produits d'origine animale dans la restauration collective ?

"Oui"

Dans les élevages en batterie, les poules pondeuses passent plus d'un an enfermées dans des cages, disposant chacune d'une surface à peu près équivalente à une feuille A4. Les sondages d'opinion montrent un rejet massif de ce type d'élevage.
Demanderez-vous, dans un souci d'exemplarité, à ce que les œufs servis aux restaurants parlementaires soient issus d'élevages plein air ?

"Oui"

"En ce qui concerne les élevages intensifs, il faudrait que le public soit réellement plus largement informé des conséquences néfastes sur sa santé qu''elles soient directes en sa qualité de consommateur de viande où indirectes (pollution massive des sols et nappes phréatiques à proximité des dites exploitations) afin que même les citoyens insensibles à la misère animale comprennent qu'il y a vraiment de gros risques sanitaires.

En parallèle, de "vrais" menus végétariens devraient être développés dans la restauration collective avec information sur les bienfaits d'une telle alimentation et présentation de recettes attractives."