a penché contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 18 juin 2019 - Source associative → Nationale

La ministre de la Santé semble ignorer que l'alimentation végétalienne assure les apports protéiques à tous les âges de la vie...

Lacune inquiétante...

Agir !

Interpellez-la

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Réponse de l'Association végétarienne de France à l’alerte d’Agnès Buzyn sur le véganisme

Publié le 18 juin 2019

Le 12 juin, au micro de Jean-Pierre Elkkabach sur CNews, la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a déclaré : « Le véganisme expose effectivement à certaines carences notamment chez les enfants. Je le dis, les enfants ont besoin de protéines pour grandir, mais ils ont aussi besoin de protéines aussi essentielles [sic], celles que l’on ne trouve pas dans les végétaux. Et donc attention au véganisme. Il peut y avoir des fiches techniques qui expliquent les régimes équilibrés mais ces fiches, elles sont faites pour les adultes. Pour les enfants je commence à avoir des alertes sur des situations de carence grave chez l’enfant ». Réponse de l’AVF.

Madame la ministre,

Suite à votre récente intervention sur CNews au sujet du véganisme, nous nous permettons de réagir à vos propos qui nous paraissent peu en accord avec les dernières données de la science et les recommandations nutritionnelles de plusieurs pays occidentaux.

Le véganisme, similaire au végétalisme du point de vue alimentaire, connaît au même titre que le végétarisme un essor récent, notamment en France. Il est tout à fait légitime de se questionner sur l’impact sur la santé d’une telle alimentation, et en particulier pour les populations les plus fragiles dont les enfants font partie. La France n’ayant pas, à ce jour, émis de recommandations claires sur le végétalisme, nous souhaitons porter à votre connaissance certaines informations concernant ce type d’alimentation et ses effets sur la santé, issues de recommandations de différentes sociétés savantes de par le monde.

Vous avez déclaré que « le véganisme expose effectivement à certaines carences notamment chez les enfants ». C’est vrai. C’est vrai, comme tout type d’alimentation si elle n’est pas équilibrée, et en particulier pour des alimentations qui écartent délibérément certaines catégories d’aliments. Une alimentation omnivore non équilibrée expose également à des carences nutritionnelles. En revanche, une alimentation végétalienne équilibrée et menée avec soin peut être parfaitement adaptée et saine, et ce pour les enfants comme pour les adultes.

Voici quelques exemples de positions officielles l’affirmant :

- L’Academy of Nutrition and Dietetics, éminente association de diététiciens et nutritionnistes aux États-Unis, déclare dans sa position en 2016 (1) : « Bien conçue, une alimentation végétarienne, y compris végétalienne, est saine, adaptée au plan nutritionnel et peut procurer des avantages pour la prévention et le traitement de certaines maladies. Elle est appropriée à toutes les périodes de la vie, en particulier la grossesse, l’allaitement, la petite enfance, l’enfance, l’adolescence, le troisième âge, ainsi que pour les athlètes. »

- La société canadienne de pédiatrie (2) a confirmé en 2016 sa position de 2010, et conclut : « un régime végétarien ou végétalien bien planifié qui tient compte des divers éléments nutritifs peut représenter un mode de vie sain à toutes les étapes de la croissance du fœtus, du nourrisson, de l’enfant et de l’adolescent ».

- La direction de la santé du Portugal (3): « Par ailleurs, nous savons aujourd’hui que, s’il est bien planifié, un régime exclusivement végétarien peut répondre à tous les besoins nutritionnels de l’être humain et peut être adapté à toutes les phases du cycle de la vie : grossesse, allaitement, enfance, adolescence, etc. personnes âgées ou même à la situation des athlètes ».

- Le gouvernement australien, dans ses recommandations nutritionnelles pour la population générale actualisées en 2013 (4), déclare : « Les régimes végétariens correctement planifiés, y compris les régimes végétariens ou végétaliens, sont en bonne santé et nutritionnellement suffisants. Les régimes végétariens bien planifiés conviennent aux individus à toutes les étapes du cycle de vie ».

- Les diététistes du Canada en 2014 (5) : « un régime végétalien sain peut combler tous vos besoins en éléments nutritifs à n’importe quelle étape de la vie ».

Concernant les protéines, il est évident que les enfants en ont besoin pour grandir. Ils ont besoin de protéines pour obtenir tous les acides aminés essentiels que l’organisme ne peut synthétiser. Vous parlez de protéines essentielles que l’on ne trouverait pas dans les végétaux. Pouvez-vous nous préciser de quelles protéines il s’agit ? À notre connaissance, les acides aminés essentiels se trouvent, dans des proportions variées, dans tous les végétaux. Les céréales sont réputées pauvres en lysine, et les légumineuses pauvres en méthionine. Ceci était surtout vrai en 1973 lorsque la protéine de référence utilisée était celle de l’œuf (6).

Le modèle de référence le plus récent, établi conjointement par la FAO et l’OMS en 2007 (7), en changeant de protéine de référence, ne mène pas à la même conclusion. Dans le récent ouvrage Vegetarian and Plant-Based Diets in Health and Disease Prevention (8), édité par François Mariotti (professeur de nutrition à AgroParisTech et président du comité d’experts spécialisés nutrition de l’ANSES), le chapitre 35 est consacré à la qualité des protéines. L’auteur y écrit notamment: « Mis à part presque toutes les céréales et quelques légumineuses, il n’y a pas d’acide aminé limitant dans les protéines quand on les compare à la plus récente protéine de référence (FAO/WHO/UNU, 2007). Voir la figure 35.1 (cf ci-dessous). Cette figure montre également que l’indice chimique des protéines végétales est supérieur à un, et les sources de protéines peuvent facilement se compléter. Ceci est facilement obtenu une fois que les céréales et les légumineuses sont associées dans l’alimentation. »(9)

En pratique, une alimentation équilibrée comporte des végétaux variés et permet ainsi un apport complet en acides aminés essentiels.

Vous évoquez des fiches techniques destinées uniquement aux adultes concernant le végétalisme. En France, ces fiches n’existent même pas pour les adultes (hormis celles établies par des associations comme l’association végétarienne de France). En revanche, à l’étranger, de telles fiches techniques existent, sous la forme de PDF ou site web en libre accès. Par exemple, le ministère de la santé en Israël (10), au Royaume-Uni (11), en Australie (4) délivrent des conseils pour la population (y compris pédiatrique), afin de mener une alimentation végétarienne ou végétalienne équilibrée. Parmi les sociétés savantes, l’Academy of Nutrition and Dietetics propose de nombreuses fiches techniques sur le sujet, en libre accès sur son site internet (12). La société canadienne de pédiatrie propose un document d’information destiné aux parents (13).

Enfin, tout cela ne remet pas en cause les alertes que vous pouvez recevoir sur des situations de carences graves chez l’enfant. Ces carences sont généralement dues à un manque d’information des parents qui, faute de trouver des informations fiables auprès des instances officielles ou des professionnels de santé, se tournent vers des sources d’informations plus ou moins fiables, plus ou moins sérieuses… ce qui peut mener à des catastrophes pour leurs enfants. D’où la nécessité d’informer et former le grand public comme les professionnels de santé, des règles à suivre pour éviter d’exposer son enfant à de graves carences nutritionnelles, tout en respectant le choix des parents. L’intégration à l’alimentation d’une source fiable de vitamine B12 (via une supplémentation orale ou des aliments enrichis) est notamment une information à transmettre aux parents. L’Association végétarienne de France, et en particulier les professionnels de la santé qui composent bénévolement sa commission Nutrition-santé, travaillent dans ce sens et se tiennent à votre disposition pour toute information complémentaire.

Veuillez agréer, Madame la ministre, l’assurance de notre considération distinguée.

Dr Loïc Blanchet-Mazuel, pour la commission Nutrition-santé

Élodie Vieille Blanchard, Présidente de l’Association végétarienne de France