a penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Expérimentation Expérimentation

le 2 mars 2012 - Source associative

Poutou - NPA - pour un moindre recours à l'expérimentation sur les animaux

Positif mais pas assez ambitieux

Agir !

Encouragez-le

En réponse à un questionnaire adressé par www.chouettecandidat-e.fr aux candidats à l'élection présidentielle de 2012, Philippe Poutou a accepté de prendre parti sur de nombreuses mesures relatives à l'expérimentation animale.

Ses positions dénotent une volonté de réduire le recours aux animaux dans la recherche et dans l'enseignement. Il souhaite par exemple que le financement de la recherche publique aille à la mise au point de méthodes alternatives. Il se montre également partisan de l'interdiction de la commercialisation de cosmétiques testés sur les animaux. Toutefois, il ne semble pas pencher pour un abandon total de l'expérimentation animale (révision de la directive REACH).

Dans l'éducation, le candidat du NPA s'avère favorable à des avancées importantes (pas d'expériences sur des animaux vivants, matériel alternatif, programme scolaire sur les relations entre l'être humain et les animaux.

Thème 3.1 - Recherche

1. Développement d'une recherche éthique et respectueuse du Vivant (médicaments, thérapies, cosmétiques, produits ménagers, alimentation, etc.) : oui

2. Réorientation des crédits vers la recherche de méthodes remplaçant l'expérimentation animale : oui

3. Révision de la réglementation européenne REACH afin d'en bannir l'expérimentation animale au profit de la culture cellulaire humaine et de la toxicogénomique : pas de position arrêtée

4. Mise en place de l'interdiction par la directive européenne (76/768/CEE), de la commercialisation des cosmétiques testés sur animaux : oui

Thème 3.2 - Enseignement

1. Interdiction de l'expérimentation sur animaux vivants ou morts : interdiction sur animaux vivants

2. Mise à disposition dans chaque établissement scolaire d'un matériel pédagogique de remplacement (CD Roms, logiciels, mannequins, etc) : oui

3. Respect du droit à l'objection de conscience : question trop succincte pour y répondre

4. Dans l'enseignement primaire et secondaire, création d'un programme sur les relations «humain-animal» : oui