Animaux de compagnie

Ces membres du Conseil de Paris ont voté pour la résiliation immédiate des contrats autorisant les balades à poney au vu des manquements graves à la charte «bien-être des poneys»

Personnalités politiques (7)

Photo Catherine Ibled
Catherine Ibled Conseil de Paris Renaissance
Photo Douchka Markovic
Douchka Markovic Élue municipale, déléguée à la condition animale (75), Conseil de Paris Parti animaliste
Photo Delphine Bürkli
Delphine Bürkli Maire (75), Conseil de Paris Horizons
Photo Alexis Govciyan
Alexis Govciyan Conseil de Paris Renaissance
Photo Hanna Sebbah
Hanna Sebbah Conseil de Paris Renaissance
Photo Florence Berthout
Florence Berthout Maire (75), Conseil de Paris Renaissance
Photo Pierre-Yves Bournazel
Pierre-Yves Bournazel Conseil de Paris Horizons

Parti politique (1)

Logo Renaissance
Renaissance

Prise de position

Justification de la note

Ces conseillers ont voté pour ou étaient absents et font partie de groupes qui ont voté pour

Pierre-Yves BOURNAZEL et son groupe Indépendants et Progressistes (GIP) ont déposé un vœu qui a été rejeté (avis défavorable de l'exécutif).

Pierre-Yves BOURNAZEL et les élus du groupe Indépendants et Progressistes relatif à la résiliation des conventions autorisant les balades à poney à Paris

Vue la loi n°2015-177 du 16 février 2015 relative à la modernisation et simplification du droit ayant modifié le Code civil et reconnaissant les animaux comme des « êtres vivants doués de sensibilité » ;
Vue la délibération 2021 DEVE 45 adoptée lors du Conseil de Paris de juillet 2021 ;
Vue la délibération 2021 DAE 54 adoptée lors du Conseil de Paris de décembre 2021 ;
Vu les constats détaillés du récent rapport de l’association PAZ, révélant de graves manquements sur l'ensemble de la charte "bien-être animal” par les trois partenaires ayant signé les conventions en février et mars 2022 ;
Considérant les attentes légitimes et croissantes des Parisiennes et des Parisiens en matière de condition animale et la volonté de la Ville de Paris de faire reculer la souffrance animale ;
Considérant que de multiples manquements à l’article 2 de la charte du bien-être animal mentionnée ci-dessus ont été constatés par l’association PAZ lors de récentes visites dans des parcs parisiens, concernant notamment l’absence de mise à disposition permanente d’eau fraîche et de filet à foin, l’utilisation d’équipements inadéquats et le non-respect des périodes maximales de transport ou de temps de repos obligatoire ;
Considérant qu’à la suite de la parution du rapport de PAZ, la Ville de Paris a effectué des contrôles puis a mis en demeure les exploitants de balades à poney pour non-respect de la charte ;
Considérant que ces mises en demeure sont cependant insuffisantes pour faire cesser des situations structurelles mettant en péril les équidés et la sécurité des personnes participant à l’activité, pouvant comporter à terme un risque juridique pour la Ville de Paris ;
Pierre-Yves BOURNAZEL et les élus du groupe Indépendants et Progressistes émettent le vœu que :
- La Maire de Paris, conformément aux possibilités prévues par la Charte du bien-être animal et par les conventions signées par les partenaires en février et mars 2022, utilise son « droit de mettre fin à l’exploitation de l’activité » des balades à Paris au vu des graves manquements constatés.
- Qu’après résiliation desdites conventions et en cas de nouveaux conventionnements, les activités de balades à poney ne reprennent qu’après l’adoption par le Conseil d’une nouvelle version de la Charte du Bien-Être animal plus exigeante par rapport au bien-être animal et à la sécurité des personnes.

Samia BADAT-KARAM et son groupe Changer Paris (LR) ont déposé un vœu qui a également été rejeté (avis défavorable de l'exécutif). Ce vœu était flou : Changer Paris demandait des contrôles de la ville alors que ceux-ci avaient déjà eu lieu (confirmant les manquements constatés par l’association PAZ en avril 2022).

L'exécutif a présenté son propre vœu qui a été adopté. Cependant celui-ci n’apporte rien de nouveau : la ville de Paris s’engage à poursuivre les mises en demeure des exploitants. Dans son intervention, l'Adjoint à la Condition Animale Christophe Najdovski a affirmé que dans les 7e et 16e arrondissements, la situation serait pire. PAZ a pourtant pu constater que dans les 19e, 12e et 15e les poneys sont exploités plus de 13h/jour (alors que la charte impose 7h/jour maximum) ! Ces propos sont donc très étonnants de la part de l'élu délégué à la condition animale.