a penché contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 10 avril 2012 - Dans la presse

Francois Bayrou pourrait envisager des captures de loups.

Agir !

Interpellez-le

Sur le site de "Pyrénées-Pyrénéus.com Francois Bayrou réponds a l'association " solidarité pastorale".
Ménageant la chèvre et le chou, François Bayrou exprime son attachement au respect du devoir de protection des loups du loup... mais envisagerait "en dernier recours, des captures de loup particulièrement prédateurs" :

"Cher Monsieur,

Merci pour votre message, et pour votre invitation. Nous vous prions de nous excuser pour cette réponse tardive, due au très grand nombre de messages, plusieurs milliers par semaine, qui nous sont adressés. L'équipe de campagne considère la présence du loup dans certaines régions en France comme un fait "naturel". Ce sont donc les conditions générales du milieu naturel dans le centre de l'Europe qui se sont modifiées au point de permettre à cette espèce disparue de revenir.

La France est signataire de conventions internationales de protection d'une liste d'espèces animales et végétales qui compte le loup. Nous avons donc, sauf à dénoncer nos engagements internationaux, des obligations envers cette espèce. La France a pris position depuis longtemps en faveur de la protection de la biodiversité à l'échelle internationale et se bat pour sauver des espèces emblématiques comme la baleine, l'éléphant, le thon rouge, ou le gorille. Nous restons donc attaché à ce que la France reste engagé en faveur de la biodiversité.

Pour autant, avons-nous encore des habitats capables d'accueillir de grands prédateurs, en raison du développement des activités humaines ?

Comme dans d'autres pays qui doivent gérer une cohabitation délicate entre les activités humaines et certaines espèces animales prédatrices, nous avons également des obligations envers les éleveurs, notamment les éleveurs de montagne dont nous tenons à garantir l'activité. Nous refusons, quoi qu'il en soit, d'opposer la protection de deux patrimoines. Notre patrimoine naturel doit être protégé au même titre et avec la même énergie que le patrimoine humain que constitue le pastoralisme de montagne.

Nous souhaitons en conséquence agir avec la plus grande mesure et le plus grand équilibre dans la gestion de ce problème. Notre action visera donc à la fois à garantir par tous les moyens l 'activité de pastoralisme, sans mettre en danger la survie de l'espèce pour laquelle nous avons pris des engagements de protection. Le renforcement du gardien nage des troupeaux par des chiens de bergers sera aidé, et en dernier recours, des captures de loup particulièrement prédateurs pourront être envisagées.

Bien cordialement,

Marie-Sixte Imbert
Équipe de campagne de François Bayrou
http://www.bayrou.fr"