a penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 11 avril 2012 - Source associative

François Hollande s'oppose à la fin du moratoire sur la chasse de deux oiseaux protégés et à la prolongation de la chasse de l’oie

Positif mais peu ambitieux

Agir !

Encouragez-le

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Marie-Hélène Aubert, responsable du pôle Environnement, Développement durable et Energie et Maud Lelièvre, Déléguée à la biodiversité, ont répondu pour François Hollande au questionnaire de Néoplanète et de L214 Ethique et Animaux.

Extraits :

Si les chasseurs sont un acteur de l’espace naturel, il va de soi qu’ils doivent partager celui-ci avec d’autres, en particulier les naturalistes et les pratiquants de sports de pleine nature. En mai 2008, nous nous étions tous félicités de l’organisation, à l’initiative du ministère de l’écologie et du développement durable, d’une table ronde réunissant les acteurs de la chasse et de la nature. Cette initiative a contribué à décrisper les relations entre chasseurs et protecteurs de l’environnement, et à instaurer un climat relativement apaisé. Nous nous sommes dès lors insurgés, en janvier dernier, contre les propos tenus par le Président Nicolas Sarkozy, lors de la présentation de ses vœux au monde rural, ainsi que des décisions qui en ont découlé (fin du moratoire sur la chasse de deux oiseaux protégés et prolongation de la chasse de l’oie jusqu’au 10 février). À l’instar des associations de protection, nous avons dénoncé la rupture unilatérale du compromis arrêté en juillet 2008, puisque le Gouvernement est revenu, sans aucune consultation, sur les engagements qu’il avait pris.

François HOLLANDE souhaite, si les français lui accordent leur confiance en mai prochain, à rétablir ce dialogue qui s’était sereinement mis en place en 2008, entre les associations de l’environnement, les naturalistes, les pratiquants de sports de pleine nature, les élus, les pouvoirs publics, les chasseurs et les citoyens afin de définir une politique de la chasse renouvelée, satisfaisant chaque partie prenante.
Nous croyons en la sagesse des uns et des autres et souhaitons redonner confiance au dialogue entre tous les acteurs de la biodiversité, afin de trouver ensemble des solutions équilibrées et acceptables par tous.