ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 12 avril 2017 - Manifeste

Ces candidats à l'élection présidentielle refusent de soutenir l'interdiction de l'abattage des vaches gestantes

Les ambassadeurs citoyens de Changez 2017 ont rencontré :

  • Nicolas Dupont-Aignan, candidat à l'élection présidentielle
  • Nathalie Arthaud, candidate à l'élection présidentielle
  • Benjamin Griveaux, porte parole d'Emmanuel Macron et Axelle Tessandier, déléguée nationale du mouvement En Marche.

Ces derniers n'ont pas accepté de signer la pétition.

Texte de présentation et lettre de pétition "Interdisons l’abattage des vaches gestantes !" :

Interdisons l’abattage des vaches gestantes !

L214 - Éthique & Animaux

Chaque année, près de 2 millions de vaches sont tuées en France. Les récentes enquêtes révélées ces derniers mois par L214 ont permis d’entrevoir ce qu’elles endurent derrière les murs des abattoirs. Aujourd’hui, les images de l’abattoir de Limoges mettent en lumière une autre facette de la violence des abattoirs : celle de l’abattage des vaches gestantes. Les études disponibles estiment qu’environ 10% des vaches abattues sont gestantes et parfois prêtes à mettre bas.

Chaque jour, des veaux sur le point de naître meurent lentement dans le ventre de leur mère, s’asphyxiant pendant que leur mère est tuée et découpée. Ils sont ensuite jetés à la poubelle, comme des déchets.

Conscients de l’enjeu éthique présenté par cette situation, des ministres allemand, danois, néerlandais et suédois ont saisi l’EFSA afin d’obtenir un avis scientifique sur les risques pour des fœtus suffisamment développés d’être exposés à la souffrance et à la douleur.

Par ailleurs, le gouvernement allemand vient de soumettre à la Commission européenne une proposition visant à interdire l’abattage des vaches gestantes au moins lors du dernier tiers de leur gestation, soulignant qu’il est établi scientifiquement que les veaux ont la capacité de souffrir à ce stade de leur développement.

Nous, signataires, demandons au Ministre de l’agriculture de soumettre au vote du Parlement français un projet de loi visant à interdire la mise à mort de vaches gestantes, au moins lors du dernier tiers de leur gestation.

Cette pétition sera remise à:
Candidat du Mouvement Républicain et Citoyen à l'élection présidentielle de 2017
Bastien Faudot
Membre du Mouvement des Progressistes
Sébastien Nadot
Député européen
Yannick Jadot
Benoît Hamon
Charlotte Marchandise
Candidat à l'élection présidentielle
Stéphane Guyot
Candidat à l'élection présidentielle
Emmanuel Macron
Candidat à l'élection présidentielle
Jean-Luc Mélenchon
Candidat à l'élection présidentielle
François Fillon
Nathalie Arthaud
Candidat à l'élection présidentielle
Yves Gernigon
Énarque dissident, Gaulliste de gauche, défenseur du Travail contre la mondialisation financière.
Jacques Cheminade

Lettre de pétition :
M. Stéphane Le Foll, Ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt

Chaque année, près de 2 millions de vaches sont tuées en France. Les récentes enquêtes révélées ces derniers mois par L214 ont permis d’entrevoir ce qu’elles endurent derrière les murs des abattoirs. Aujourd’hui, les images de l’abattoir de Limoges mettent en lumière une autre facette de la violence des abattoirs : celle de l’abattage des vaches gestantes. Les études disponibles estiment qu’environ 10% des vaches abattues sont gestantes et parfois prêtes à mettre bas.

Chaque jour, des veaux sur le point de naître meurent lentement dans le ventre de leur mère, s’asphyxiant pendant que leur mère est tuée et découpée. Ils sont ensuite jetés à la poubelle, comme des déchets.

Conscients de l’enjeu éthique présenté par cette situation, des ministres allemand, danois, néerlandais et suédois ont saisi l’EFSA afin d’obtenir un avis scientifique sur les risques pour des fœtus suffisamment développés d’être exposés à la souffrance et à la douleur.

Par ailleurs, le gouvernement allemand vient de soumettre à la Commission européenne une proposition visant à interdire l’abattage des vaches gestantes au moins lors du dernier tiers de leur gestation, soulignant qu’il est établi scientifiquement que les veaux ont la capacité de souffrir à ce stade de leur développement.

Choqué(e) par cette situation et conscient(e) de l’urgence d’y réagir, je vous demande donc de soumettre au vote du Parlement français un projet de loi visant à interdire la mise à mort de vaches gestantes, au moins lors du dernier tiers de leur gestation.

Vous remerciant par avance de bien vouloir agir, je vous prie d'agréer, Monsieur le ministre, l'assurance de ma considération distinguée.

Plus d'infos : http://limoges.abattoir-made-in-france.com/