Élevage

Directive sur les émissions industrielles : 5 sénateurs s'opposent à un meilleur encadrement des élevages avicoles et porcins

Interpellez-les
Click & Tweet Click & Mail Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Personnalités politiques (5)

Question parlementaire

Nationale

Question écrite de Mme GOULET Nathalie Sénatrice (Orne - UC):

Mme Nathalie Goulet attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire sur les conséquences de la révision de la directive européenne sur les émissions industrielles (directive IED) sur les élevages familiaux de volailles et de porcs.
L'accord conclu le 28 novembre 2023 par les institutions européennes concernant la révision de la directive IED sur les émissions industrielles prévoit d'étendre le champ d'application à davantage d'installations en productions avicoles et porcines, impliquant de nombreuses contraintes supplémentaires pour les élevages familiaux.
Ainsi, ces élevages devront notamment passer d'un régime de déclaration à un régime d'autorisation imposant aux éleveurs un échangeur-récupérateur de chaleur, un système anti-gaspillage de l'eau, de la brumisation, des couvertures de fosses, des enfouisseurs directs, de la ventilation dynamique, des dalles de béton pour le compostage... autant de contraintes qui affaibliront considérablement les élevages à capitaux familiaux, structures typiquement françaises.
Pourtant, l'élevage a intégré dans son processus de production la réduction des émissions de substances nuisant à la santé humaine et à l'environnement. Ainsi, ses émissions agricoles d'ammoniac et celles de gaz à effet de serre sont en baisse et conformes aux plafonds définis par la directive NEC de 2016 et à la trajectoire de la stratégie nationale bas-carbone.
Il est à craindre que l'effet d'une telle directive soit contre-productif avec une baisse rapide du nombre d'élevages familiaux français au profit de produits étrangers ne respectant pas nos normes sanitaires et environnementales.
Cet accord n'étant pas encore ratifié par le conseil des ministres et par le Parlement européen, elle lui demande s'il entend défendre ces élevages à capitaux familiaux français.

Question de M. CHEVROLLIER Guillaume sénateur (Mayenne - Les Républicains):

M. Guillaume Chevrollier attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire sur les conséquences de la future directive sur les émissions industrielles sur le modèle français de l'élevage familial avicole et porcin.
En effet, le projet de directive, conclu le 28 novembre 2023par les États-membres, abaisse fortement les seuils de classement « IED » (industrial emissions directive) des élevages de volailles et de porcs et ajoute de nombreuses contraintes, ce qui risque de déstabiliser profondément les élevages à capitaux familiaux en France. Or, ces dispositions ne s'avèrent pas nécessaires dans la mesure où les émissions agricoles d'ammoniac diminuent et sont conformes aux plafonds définis par la Directive européenne 2016/2284, dite Directive NEC, et où les émissions de gaz à effet de serre diminuent également, conformément à la stratégie nationale pour la biodiversité et le climat. Par ailleurs, les techniques qui devront être mises en place par les éleveurs pour respecter cette directive ne sont pas encore connues. Officiellement, les exploitations concernées devront passer d'un régime de déclaration à un régime d'autorisation. Ce dernier imposera aux éleveurs un certain nombre d'installations très contraignantes et coûteuses à l'échelle d'un élevage familial.
Concrètement, en France, cette directive met en danger plus de deux milles exploitations porcines spécialisées, mille exploitations de volailles spécialisées et six mille exploitations mixtes. Au moment où nous promouvons le circuit court et la consommation locale, l'application d'une telle directive paraît incohérente et contradictoire. Au contraire, la protection des modèles familiaux d'élevage porcin et avicole est essentielle car il est question de notre souveraineté alimentaire.
Aussi, il souhaite connaître la position du Gouvernement au sujet de ce projet de directive et s'il compte défendre le modèle familial de l'élevage français de porcs et de volailles.

Question de M. CANÉVET Michel sénateur (Finistère - UC):

M. Michel Canévet attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire sur les dangers d'une adoption, en l'état, d'une révision de la directive relative aux émissions industrielles (IED).
La Commission européenne a proposé, le 5 avril 2022, un projet de révision de la directive relative aux émissions industrielles (IED) qui s'inscrit dans le cadre du pacte vert, censé faire de l'Union européenne une économie compétitive, neutre en carbone et durable à l'horizon 2050.
Ce projet étend largement le champ d'application pour les élevages de volailles et de porcs en abaissant les seuils de classement « IED ». Si les techniques qui devront être mises en place par les éleveurs pour respecter la directive IED ne sont pas encore connues (règlement d'application à suivre), le projet de directive comporte de nombreuses contraintes supplémentaires qui viendront déstabiliser les élevages à capitaux familiaux en France.
Cette directive n'apparaît pas nécessaire concernant l'élevage familial au regard de l'objectif de réduction des émissions d'ammoniac et de gaz à effet de serre. En effet, à ce jour, la ferme France est dans une trajectoire de respect des objectifs de réduction des émissions. En outre, son application ne permettrait qu'une baisse minime des émissions de gaz à effet de serre (GES) agricoles : moins de 3 %, selon l'étude d'impact de la Commission européenne. Et pourtant, cela représenterait des contraintes supplémentaires pour les éleveurs en augmentant le nombre de normes à respecter et en facilitant l'action de tiers souhaitant contester les projets des éleveurs. Les agriculteurs déplorent d'ailleurs cette suradministration de leurs activités.
Cette directive affaiblirait le modèle français basé sur les élevages à capitaux familiaux, ancré dans les territoires et résilients, au profit des consortiums agro-industriels qui se développent ailleurs en Europe.
Il lui demande la position de la France sur cette révision de la directive IED.

Question de M. ALLIZARD Pascal sénateur(Calvados - Les Républicains):

M. Pascal Allizard attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire à propos de l'avenir des éleveurs de volailles et de porcs.
Il rappelle les difficultés rencontrées par la filière française de l'élevage de volailles et de porcs, alors que par ailleurs les importations progressent.
Dans ce contexte, les professionnels s'inquiètent du projet de directive européenne sur les émissions industrielles qu'ils estiment inadaptée, complexe et créant de nouvelles distorsions de concurrence.
En créant de nouvelles normes plus contraignantes, cette directive impacterait fortement les éleveurs et, plus globalement, le modèle français d'élevage familial. C'est notamment le cas dans le Calvados.
Par conséquent, au moment où les agriculteurs se mobilisent pour défendre leur profession en danger, il souhaite connaitre les intentions du Gouvernement, en particulier au niveau européen, pour préserver l'élevage familial français de volailles et de porcs.

Question de Mme CUKIERMAN Cécile sénatrice (Loire - CRCE-K):

Mme Cécile Cukierman attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire sur les conséquences dramatiques qu'aurait l'adoption définitive de la Directive européenne sur les émissions industrielles sur la filière porcine.
Après un an et demi de négociations, les ministres et députés européens ont trouvé un accord sur ce projet de directive qui étend fortement le champ d'application pour les élevages de porcs en abaissant les seuils de classement des émissions industrielles ou « IED ».
S'il est aujourd'hui démontré que voter cette directive aurait une efficacité marginale au regard de son objectif affiché, cela ne permettra qu'une baisse minime des émissions de gaz à effet de serre (GES) agricoles : moins de 3 %, selon la Commission européenne elle-même dans son étude d'impact.
A contrario de protéger la filière, cette directive engagera la souveraineté alimentaire de la France pour au moins les 20 prochaines années, dans un contexte où l'autosuffisance de la France dans les principaux produits animaux n'est plus assurée.
Aussi, il ne faudrait pas fragiliser une filière qui connait des difficultés de renouvellement des générations, en ajoutant des contraintes disproportionnées et inadaptées à l'élevage.
Enfin, cette directive ajoutera une complexification administrative sans précédent, en complète contradiction avec les objectifs de simplification annoncés par l'État et attendus sur le terrain.
Compte tenu de ces éléments, elle souhaite savoir si le Gouvernement entend exclure l'élevage du champ de la révision de la Directive IED afin de préserver la souveraineté alimentaire de la France dans un contexte où l'autosuffisance de la France dans les principaux produits animaux n'est plus assurée.

Lire la suite

Crédits

Soumis par Thierry Lherm

Partager cette prise de position

Attentes citoyennes

84%

des Français
sont favorables à l’interdiction de l’élevage intensif

Parcourir les sondages
86%

des Français
estiment que l'abattage sans étourdissement préalable est inacceptable quelles que soient les circonstances

Parcourir les sondages