a penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 19 mars 2013 - Question parlementaire → Nationale

Laurence Abeille contre l'élevage des "1000 vaches"

Positif mais préoccupation anecdotique pour les animaux

Agir !

Encouragez-la

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Ce projet comporte de nombreuses menaces : pollution de l'air, de l'eau, du sol, risques sanitaires, destruction d'emplois, qualité de production médiocre, souffrance animale, accroissement de la circulation...
extrait de la question (réponse du gouvernement)

Question parlementaire de la députée du Val-de-Marne :

Mme Laurence Abeille appelle l'attention de M. le ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt sur l'installation d'une exploitation de 500 vaches sur les communes de Drucat et de Bugny-Saint-Maclou dans la Somme. Le préfet de la région Picardie a en effet autorisé, le 1er février 2013, l'exploitation d'une ferme-usine de 500 vaches et plus de 400 veaux et génisses. Ce projet était initialement prévu pour 1 000 vaches et 750 veaux et génisses avec un méthaniseur d'une puissance de 1,4 mégawatt. Ce projet comporte de nombreuses menaces : pollution de l'air, de l'eau, du sol, risques sanitaires, destruction d'emplois, qualité de production médiocre, souffrance animale, accroissement de la circulation... Ce type d'exploitation ne correspond pas au modèle agricole que la France doit promouvoir. Cette usine enfermant 500 vaches sur du béton apparaît davantage comme un projet agro-industriel financier opportuniste que comme un outil de développement rural, local et durable. La production de lait ne devient plus qu'un prétexte pour développer une activité de méthanisation particulièrement lucrative. Surtout, rien n'empêchera l'entreprise gestionnaire de demander une extension de l'élevage à 1 000 vaches, voire plus, comme dans certaines fermes usines à l'étranger qui peuvent regrouper jusqu'à 30 000 têtes, au mépris de toute considération environnementale. Aussi, elle souhaiterait connaître ses intentions pour mettre fin à ce type d'exploitation et promouvoir ainsi une agriculture plus durable.

En savoir plus :