a agi pour les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 24 octobre 2014 - Communication officielle → Nationale

Laurence Abeille rappelle l’impact de l’élevage sur le climat et appelle à une alimentation plus végétale

Agir !

Félicitez-la

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’activité d’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre induites par les activités humaines.
nous allons accueillir la COP 21 l’année prochaine, mais la question du rôle de l’alimentation dans la lutte contre le réchauffement climatique est rarement posée.
Il me paraît essentiel de favoriser et d’accompagner la transition vers une alimentation plus végétale.
extraits de l'intervention de Laurence Abeille en commission du développement durable à l’Assemblée nationale le 22 octobre

Second paquet énergie-climat : Laurence Abeille rappelle l’impact de l’élevage sur le climat

Le mercredi 22 octobre, la commission du développement durable de l’Assemblée a examiné le rapport du député Arnaud Leroy sur la proposition de résolution européenne sur le second paquet énergie-climat. Laurence Abeille est intervenue pour rappeler l’impact de l’élevage sur le climat.

Son intervention :

Je souhaite aborder la question de l’élevage. D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’activité d’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre induites par les activités humaines. Or on estime que la demande de produits du bétail va augmenter de 70 % d’ici 2050 et que l’élevage va être de plus en plus intensif, à l’image de la ferme des 1 000 vaches qui s’est installée dans notre pays.

Cet accroissement de l’élevage intensif entraîne une pollution de l’environnement immédiat et il conduit à des conditions d’élevage qui vont à l’encontre du bien-être animal. Mais que l’élevage soit intensif ou extensif, l’accroissement de la consommation de viande n’est pas soutenable écologiquement, et il menace directement nos chances de limiter le réchauffement climatique à deux degrés.

Nous venons d’adopter une loi visant à transformer notre modèle énergétique, nous allons accueillir la COP 21 l’année prochaine, mais la question du rôle de l’alimentation dans la lutte contre le réchauffement climatique est rarement posée. Il ne s’agit pas que de l’élevage mais aussi de la question des circuits courts, de l’utilisation d’engrais qui favorisent l’effet de serre, etc.

Il me paraît essentiel de favoriser et d’accompagner la transition vers une alimentation plus végétale. Ma question est large, mais simple : des initiatives seront-elles prises par la France et l’Union européenne pour limiter l’impact de l’élevage ?

La réponse du rapporteur, M. Arnaud Leroy :

Comme Laurence Abeille, je considère que l’élevage n’est pas suffisamment pris en compte et je vais organiser prochainement une rencontre dans le cadre du groupe d’étude changement climatique sur le thème de l’agriculture. Outre les émissions de gaz à effet de serre, il faudrait aborder des thèmes comme celui de la transformation de prairies en terres cultivées. Quelles initiatives la France va-t-elle prendre ? Ces questions sont toujours traitées en pointillé dans les négociations de la politique agricole commune (PAC). Dans le cadre du verdissement, peut-être y aura-t-il des évolutions de certains types d’élevage vers d’autres ? Pour être franc, je n’en sais rien.