a agi contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 29 septembre 2015 - Communication officielle → Prise de position marquante → Municipale

Le Conseil de Paris rejette un vœu visant à encourager les restaurateurs à proposer des menus végétariens

Agir !

Interpellez-la

Le Conseil de Paris a rejeté mardi un vœu du Groupe écologiste de Paris (GEP) demandant la mise en place d’actions concrètes afin que Paris devienne une ville « vegge-friendly ». En prenant exemple sur des villes comme Gand (Belgique) ou San Francisco, le vœu proposait que la municipalité encourage les restaurateurs à s’adapter aux demandes des consommateurs, de plus en plus nombreux à vouloir manger moins de viande, en proposant sur leur carte au moins un plat sans viande ni poisson.
(extrait de l'article)

Article des élus du Groupe des écologistes de Paris :

Manger moins de viande : Paris est encore loin du compte

Le Conseil de Paris a rejeté mardi un vœu du Groupe écologiste de Paris (GEP) demandant la mise en place d’actions concrètes afin que Paris devienne une ville « vegge-friendly ». En prenant exemple sur des villes comme Gand (Belgique) ou San Francisco, le vœu proposait que la municipalité encourage les restaurateurs à s’adapter aux demandes des consommateurs, de plus en plus nombreux à vouloir manger moins de viande, en proposant sur leur carte au moins un plat sans viande ni poisson. Pour Anne Souyris, coprésidente du GEP, « Paris doit accueillir toutes et tous. S’ouvrir aux consommateurs végétariens, c’est faire le choix d’une ville moderne où chacun a sa place ».

Le Conseil avait pourtant adopté la veille, à l’initiative des écologistes, le principe d’une étude sur la possibilité de la mise en place d'un menu alternatif végétarien quotidien dans les cantines. « Après notre vœu pour un repas végétariens par semaine dans les cantines (c'est déjà le cas dans le 2e), et le plan alimentation durable qui fixe un objectif de diminution de 20 % de la consommation de viande dans les cantines d’ici à 2020, nous progressons », se félicite David Belliard, coprésident du GEP. « Pourtant, nous n’arrivons toujours pas à dépasser les blocages culturels venant d’élu-e-s de droite et de gauche qui refusent de considérer l’impact de la consommation de viande sur l’environnement », déplore l’élu du 11e arrondissement.