Élevage

Le ministre de l'Agriculture souhaite développer l'élevage intensif

Interpellez-les

Personnalité politique (1)

Photo Marc Fesneau
Marc Fesneau Gouvernement MoDem
Interpellez-le

Partis politiques (2)

Logo MoDem
MoDem
Logo Renaissance
Renaissance

Dans les médias

Élevage intensif Nationale

Elevage : la revanche du modèle intensif

Source AFP

La "montée en gamme" de l'élevage français, défendue un temps par Emmanuel Macron et censée améliorer le bien-être animal, se heurte au mur de l'inflation. Alors l'horizon est à nouveau à la production de masse pour résister aux importations à bas coût.

"On doit arriver à dire qu'il faut travailler sur l'entrée de gamme", a avancé le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau mardi, au premier jour du salon des productions animales de Rennes (Space), vitrine bretonne de l'agro-industrie.

"Les questions de bien-être animal ne marchent que si on trouve quelqu'un qui paie" pour des produits coûtant plus cher à produire, a-t-il ajouté devant les organisations professionnelles de la volaille.

Le discours résonne singulièrement en Bretagne, première région d'élevage, qui produit aujourd'hui plus d'un porc français sur deux et un poulet sur trois.

[...]

En 2017 [...] le président nouvellement élu Emmanuel Macron avait bousculé le monde agricole en suggérant d'"arrêter des productions, qu'il s'agisse de la volaille ou du porc, qui ne correspondent plus à nos goûts, à nos besoins".

Désormais, "silence radio" à l'Elysée sur la montée en gamme, remarque Gilles Huttepain.

(Extrait de l'article du Point (source AFP))

Lire la suite

Tweet

Sources

Partager cette prise de position

Attentes citoyennes

44%

des Français
estiment que le « bien-être » des animaux de ferme n'est pas assuré aujourd'hui en France

Parcourir les sondages
84%

des Français
sont favorables à l’interdiction de l’élevage intensif

Parcourir les sondages