ont penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 28 mai 2014 - Communication officielle → Nationale

Le Parti de Gauche solidaire de la lutte contre la ferme-usine des 1000 vaches

Positif mais sans préoccupation pour les animaux

Agir !

Encouragez-les

Cette ferme usine est symbolique de la volonté de transformer l’agriculture en industrie sans se soucier de l’emploi, de la qualité ni du besoin de terres pour installer de jeunes agriculteurs.
exrait de l'article du communiqué de Martine Billard et Corinne Morel Darleux

Sur le site du Parti de Gauche :

Solidarité avec les militants de la Confédération Paysanne

Martine Billard et Corinne Morel Darleux

Non à la ferme-usine des mille vaches !!

Hier matin une cinquantaine d’agriculteurs et syndicalistes de la Confédération Paysanne sont intervenus pour dénoncer le projet aberrant de la « ferme des mille vaches » près d’Abbeville dans la Somme. Cette ferme usine est symbolique de la volonté de transformer l’agriculture en industrie sans se soucier de l’emploi, de la qualité ni du besoin de terres pour installer de jeunes agriculteurs. Tout est fait pour privilégier les grandes exploitations à coup de subventions y compris avec les aides d’une PAC soi disant refondée mais qui fonctionne toujours en fonction du nombre d’hectares et signe la fin des quotas laitiers.
Parce que ce modèle productiviste agricole est un danger pour l’agriculture, pour la planète et pour l’emploi des paysans, le Parti de Gauche apporte tout son soutien à l’action pacifique de démontage entreprise ce matin et dénonce le double discours du gouvernement et du Ministre le Foll sur les questions agricoles.
Le Parti de Gauche condamne une fois de plus la criminalisation syndicale et exige la libération immédiate de Laurent Pinatel porte parole de la Confédération Paysanne et des quatre paysans retenus en garde à vue.
Le PG soutient l’appel des Confédérations paysannes à se mobiliser à midi devant un maximum de préfectures. Il y aura 2 rassemblements toute la journée devant les gendarmerie d’Amiens et d’Abbeville ou sont retenus les militants.
A Paris, appel à se rassembler à 18h, devant le palais de justice.