ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 26 novembre 2014 - Communication officielle → Local

Les conseillers régionaux EELV de Picardie François Veillerette et Thierry Brochot contribuent à l’enquête publique pour dénoncer l'extension d'une porcherie industrielle

Agir !

Félicitez-les

Click & Tweet Click & Comment

Commentez directement sur sa page Facebook

Les écologistes soutiennent la place de l’élevage dans l’agriculture picarde, un élevage qui respecte l’emploi, l’environnement, la qualité des produits et le bien-être animal [...] Par ailleurs, le passage à 3 113 porcs dans un espace clos suppose une très forte concentration des animaux qui aurait des effets négatifs évidents sur leur santé, leur bien-être et donc à terme également sur la qualité des produits vendus.
extrait de la déclaration de François Veillerette

Communiqué de presse d'EELV Picardie :

3000 porcs à Loueuse (60), les écologistes contribuent à l’enquête publique pour dénoncer la course au gigantisme et soutenir l’agriculture paysanne

COMMUNIQUE DE PRESSE EELV PICARDIE/GROUPE LOCAL DU BEAUVAISIS

3000 porcs à Loueuse (60), les écologistes contribuent à l’enquête publique pour dénoncer la course au gigantisme et soutenir l’agriculture paysanne

Après la ferme des 1000 vaches dans l’Abbevillois, un projet d’extension à 3.113 animaux d’un élevage porcin à Loueuse dans le Beauvaisis est soumis à enquête publique.

François Veillerette, conseiller régional et porte-parole d’EELV Beauvaisis et Thierry Brochot, conseiller régional et secrétaire régional d’EELV Picardie apporteront cet après-midi 26 novembre vers 16h30 au commissaire-enquêteur la contribution du parti écologiste à l’enquête publique.

Selon François Veillerette, « Les écologistes soutiennent la place de l’élevage dans l’agriculture picarde, un élevage qui respecte l’emploi, l’environnement, la qualité des produits et le bien-être animal. Or, ce projet d’élevage de très grande taille correspond malheureusement au modèle développé depuis des décennies en Bretagne et dont les conséquences désastreuses sur l’environnement sont patentes : algues vertes, pollution des eaux, nuisances olfactives. Par ailleurs, le passage à 3 113 porcs dans un espace clos suppose une très forte concentration des animaux qui aurait des effets négatifs évidents sur leur santé, leur bien-être et donc à terme également sur la qualité des produits vendus. »