Élevage

La ville de Grasse invite ses habitants à adopter des poules rescapées de l'élevage intensif... mais n'annonce pas vouloir faire sa part en excluant les produits issus de l'élevage intensif des cantines municipales

Encouragez-les

Personnalités politiques (2)

Photo Laurence Coste
Laurence Coste Élue municipale, déléguée à la condition animale (06) Les Universalistes
Interpellez-la

Parti politique (1)

Communication officielle

Élevage intensif Municipale

GRASSE AUX POULES
OPÉRATION SAUVETAGE

Avec l’association terre de soleil, la ville de Grasse lance une opération d’envergure pour voler au secours de poules pondeuses. Amis des animaux et propriétaires d’un jardin, adoptez les volatiles issus de l’élevage intensif destinés à l’abattoir. Une belle action en faveur du bien-être animal et de l’environnement.

[...]

Pour la Municipalité, sensibiliser les Grassois à la protection animale est primordial. Au-delà des actions déjà menées aux bénéfices de nos compagnons à quatre pattes, Jérôme VIAUD, Maire de Grasse et Laurence COSTE, Conseillère municipale en charge du bien-être animal, souhaitent valoriser l’une des actions de l’association Terre de Soleil en associant celles et ceux qui le désirent à une prochaine opération de sauvetage de poules pondeuses. Cet animal, que nous avons tous un jour côtoyé, mérite lui-aussi notre bienveillance, indique Laurence COSTE. Via un bulletin d’inscription* - décoré par Mathilde et Olivia de l’association DARWIN FOREVER et Madeleine, jeune fille sensible à la cause animale - les Grassois peuvent adopter entre 2 et 10 poules. L’opération sera lancée lorsque 200 poules auront été réservées, explique la Conseillère municipale. Une fois ce premier objectif atteint, Terre de Soleil contactera un élevage intensif et proposera le rachat des poules pondeuses réformées au prix de l’abattoir.

En élevage, les poules pondeuses ne sont rentables qu’environ 18 mois. Les pontes deviennent ensuite plus irrégulières ; les agriculteurs renouvellent alors leur cheptel. Il faut savoir que ces animaux ont une durée de vie d’environ 10 à 12 ans. Ils sont donc amenés à l’abattoir très jeunes, révèle Aude ROUX. Aujourd’hui, certains éleveurs, dans le bio notamment, viennent nous voir d’eux-mêmes pour replacer leurs poules et leur éviter cette mort précoce. Ce n’est malheureusement pas le cas dans la majorité. Pour cette action en partenariat avec la Ville de Grasse, le choix de se tourner vers un élevage intensif était évident pour Laurence COSTE. La situation de ces animaux me touche particulièrement, confiet-elle. Elles passent leur courte vie en étant entassées, sans accès à l’extérieur ni à la lumière du jour. Elles n’ont peu ou pas de plumes, peu d’équilibre et parfois le bec coupé. Une fois prises en charge par un particulier, les poules reprennent goût à la vie. En quelques mois seulement, elles retrouvent leur plumage et adoptent un comportement sain. L’évolution est visible. C’est un bonheur de voir ses poules renaître, je ne doute pas que les Grassois seront fiers de leur action. Et les poules leur rendront bien ! En plus des œufs frais et des déchets alimentaires qu’elles consomment, elles feront la joie des enfants avec un réel atout écologique et pédagogique.

Vous l’aurez compris, offrir une meilleure vie à ces poules pondeuses est la principale préoccupation de la Municipalité et de l’association Terre de Soleil. C’est pourquoi un suivi sera organisé afin de s’assurer que les gallinacés seront bel et bien en bonne santé et en sécurité chez leur nouveau propriétaire. En parallèle, l’association donnera un fascicule du savoir-faire reprenant toutes les informations nécessaires pour s’occuper de ses nouveaux compagnons. Il y a plusieurs choses à savoir lorsqu’on accueille des poules chez soi, en termes de nourrissage, de soins et de prédateurs notamment. Nous restons bien évidemment à la disposition et à l’écoute de chaque propriétaire pour leur fournir aide et conseil, ajoute Aude ROUX.

(Extrait du magazine Kiosque de la ville de Grasse d'avril 2022)

Lire la suite

Attentes citoyennes

84%

des Français
sont favorables à l’interdiction de l’élevage intensif

Parcourir les sondages
44%

des Français
estiment que le « bien-être » des animaux de ferme n'est pas assuré aujourd'hui en France

Parcourir les sondages