a penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 12 mars 2012 - Source associative → Nationale

Eva Joly pour une pêche et une aquaculture "durables"

Agir !

Encouragez-la

Extrais des réponses d'Eva Joly à L214 et Néoplanète :
"La gestion des ressources halieutiques a été déléguée à l'Union européenne, et je suis
très attachée au respect des engagements pris collectivement : je veillerai à ce que nous
disposions de moyens de contrôle suffisants. Au cours de ces dernières années, en
France, je constate des évolutions intéressantes de gestion durable des ressources et des
améliorations significatives de l'état des stocks (expérience des pêcheurs artisans sur la
langoustine avec Planète mer par exemple). Nous devons encourager ces démarches et
je suis donc pour des subventions facilitant cette phase de transition vers une pêche
responsable. Les ressources halieutiques sont des biens communs précieux que nous
devons gérer avec la plus grande attention en associant les pêcheurs.
Je souhaite également que les consommateurs puissent avoir toutes les informations sur
les conditions de production des produits halieutiques que nous importons (la majorité de
notre consommation) et soutenir le développement d'un label « pêche et aquaculture
durable et équitable »."

"L'aquaculture est multiple. En France, c'est l'élevage de coquillages qui est de loin le plus
important .C'est une bonne chose, il est très créateur d'emploi et valorise au plus haut
niveau la production de plancton. Mais je suppose que votre question concernait la
pisciculture. Des projets importants sont en effet à l'étude avec la mise en place du
schéma « aquacole » français . 30 % du poisson pêché dans le monde sert à nourrir les
animaux et poissons d'élevage, nous ne soutenons donc pas la création de nouveaux
élevages qui pourraient accroitre la pression sur les ressources halieutiques et qui
risqueraient, de plus, d'avoir des conséquences sanitaires sur les poissons sauvages et
l'environnement. Je ne souhaite pas non plus apporter des subventions aux groupes
industriels de ce secteur. Par contre, je pense qu'il serait intéressant de soutenir de petits
élevages de poissons de bas de la chaine alimentaire, herbivores notamment. Des
recherches, dans ce domaine, seraient à faire en Europe."