a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 1 décembre 2014 - Communication officielle → Local

Debout La République Savoie conteste l'abandon du projet d'abattage total des bouquetins du massif du Bargy

Agir !

Interpellez-les

La nouvelle est tombée, le gouvernement fait marche arrière, l’abattage total du cheptel de bouquetins contaminés n’aura pas lieu. Il ne concerne désormais plus que certains animaux, avec obligation de dépister la présence de la maladie sur chaque bête avant l’abattage [...] Cette décision absurde prise par des technocrates citadins et des spécialistes autoproclamés, n’est en rien applicable dans nos montagnes.

extrait de l'article

Bouquetins du Bargy : agriculteurs et consommateurs abandonnés face au totalitarisme écologique

La nouvelle est tombée, le gouvernement fait marche arrière, l’abattage total du cheptel de bouquetins contaminés n’aura pas lieu. Il ne concerne désormais plus que certains animaux, avec obligation de dépister la présence de la maladie sur chaque bête avant l’abattage. La préfecture n’explique d’ailleurs pas par quels subterfuges les autorités vétérinaires vont pouvoir détecter et analyser la séropositivité de ses animaux sauvages habitués à vivre dans les falaises et les pierriers vertigineux du Bargy… Cette décision absurde prise par des technocrates citadins et des spécialistes autoproclamés, n’est en rien applicable dans nos montagnes. Mais là n’est pas le pire…
Les raisons du revirement, ne sont pas une soudaine émergence de bon sens, de nouvelles techniques vétérinaires, ou encore de traitements adaptés. Non, malheureusement non, rien de raisonnable ici, uniquement des intentions politiciennes malsaines et calculatrices. En effet, si aujourd’hui le gouvernement fait marche arrière ce n’est que pour contenter une frange d’écologistes radicaux déjà exacerbée par le décès de Remi FRAISSE. Le gouvernement prouve une fois de plus sa lâcheté et sa totale soumission aux groupuscules minoritaires d’écolototalitaristes, qui dégoûtent chaque jour un peu plus nos concitoyens de la cause écologique. Dans cette affaire l’état occulte donc parfaitement le risque de propagation de la maladie mortelle à l’ensemble des bouquetins des Alpes, les risques pour les personnels vétérinaires en charge du dépistage, les risques pour les vaches qui partagent les mêmes alpages et enfin les risques pour les consommateurs de produits laitiers.
Nous espérons vivement que l’état, notamment Ségolène ROYALE, ministre chargée du dossier, saura montrer autant d’attention et de délicatesse envers les futurs consommateurs victimes de la brucellose. Nous espérons aussi que la même clémence sera accordée aux troupeaux de vaches laitières contaminés qu’aux bouquetins malades… Rappelons aussi le peu d’égard des services de l’état envers l’agriculteur dont le troupeau de vaches laitières avait été contaminé puis abattu dans sa totalité, sans d’ailleurs créer le moindre émoi chez les protecteurs de la cause animale…
L’agriculture française déjà mise à mal par la lâcheté gouvernementale, qui ne protège plus notre modèle de production face à la globalisation, n’a pas besoin de souffrir en plus de la défiance des consommateurs.
La fédération « Debout la France Haute-Savoie » s’associe pleinement au combat des agriculteurs et des hommes de raisons face à cette décision absurde et dénuée de bon sens.
Article issu du blog de notre Secrétaire départemental Antoine VALENTIN ( http://antoine-valentin.com/ )