a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 21 février 2012 - Dans la presse → Nationale

Abattage rituel : Nicolas Sarkozy ment sur les chiffres

Agir !

Interpellez-le

Le 21 février 2012, Nicolas Sarkozy est interrogé par la presse au sujet de la viande provenant d'animaux abattus selon un rite religieux sans étourdissement préalable, qui parvient dans le circuit de vente sans étiquetage. La question aborde le cas de l'Ile-de-France, suite à un reportage d'Envoyé Spécial révélant que les abattoirs de l'Ile-de-France pratiquent tous l'abattage rituel. Nicolas Sarkozy répond :

"Il n'y a aucune raison (...) de créer une polémique qui n'a pas lieu d'être. Il y a 200 000 tonnes de viande qui sont consommées en Ile-de-France, sur ces 200 000 il y en a 2,5% qui sont de la viande casher et de la viande halal. Est-ce que vraiment ça vaut le coup de faire une polémique pour cela ?".

Voir la vidéo

Le pourcentage avancé par Nicolas Sarkozy correspond à la part de viande provenant des abattoirs d'Ile-de-France, sur le total de la viande consommée dans cette région, et non à la part de viande halal ou casher distribuée en Ile-de-France.

Par ses propos, il laisse entendre que les 97,5% restants, soit toute la viande issue des abattoirs de province fournissant le marché d'Ile-de-France, proviendrait d'un abattage non halal et non casher et donc d'animaux systématiquement étourdis au préalable. Autrement dit, il sous-entend que seuls les abattoirs d'Ile-de-France pratiquent l'abattage rituel sans étourdissement.

Cette affirmation est fausse, puisque l'abattage rituel (sans étourdissement) est pratiqué dans de nombreux abattoirs de France, et pas seulement en Ile-de-France. La réalité est pourtant connue du gouvernement Sarkozy. En 2005, un rapport officiel (Coperci) estimait : “ Il est indéniable que la proportion atteinte par les mises à mort sans pré-étourdissement traduit un détournement de l’esprit des textes sur la protection animale ”.

Une enquête réalisée par l'OABA dans 225 abattoirs français en 2006 permettait d'estimer que 28% des gros bovins (dont 11% étourdis), 43% des veaux (dont 7% étourdis), et 62% des ovins (dont 12% étourdis), sont abattus en France selon un rituel. Les chiffres provenant du Ministère de l'Agriculture donnent quant à eux, 12% des bovins, 13% des veaux, et 49% des ovins-caprins pour l'année 2007.

Le "surnombre" des abattages rituels par rapport à la demande réélle pour une viande issue des abattages religieux est dénoncé depuis plusieurs années par des associations de protection animale, du fait que souvent, ces abattages sont réalisés sans étourdissement des animaux. Ce problème fait même l'objet d'une campagne publique d'information.

Rappelons les propos tenus par Nicolas Sarkozy le 22 décembre 2006 à Brigitte Bardot :
"Je veux, maintenant, que les abattoirs halal s'engagent, concrètement et rapidement, dans la voie d'une généralisation de l'étourdissement préalable."

Quant à la possibilité pour le consommateur d'obtenir l'information sur le mode d'abattage des animaux (avec ou sans étourdissement), le gouvernement Sarkozy s'y est fermement opposé alors qu'un étiquetage était envisagé au Parlement européen. Cette proposition a finalement été rejetée. En septembre 2009, le Ministre de l'Interieur Brice Hortefeux déclarait à la communauté juive :
« Aujourd’hui, alors qu’un vote au Parlement européen pourrait remettre ce travail en question en imposant un étiquetage discriminant pour l’abattage rituel, nous restons particulièrement vigilants. Vous pouvez compter sur ma mobilisation et celle des députés français au Parlement européen pour que le projet n’aboutisse pas. »
En d'autres termes, si la mise en place d'un système de traçabilité et d'information des consommateurs risque de nuire aux pratiques d'abattages rituels sans étourdissement, alors le gouvernement français y est opposé.