Élevage

Amendements 138 et 493 visant à instaurer un menu végétarien hebdomadaire pour tous dans la restauration scolaire

Personnalités politiques (13)

Filtrez les personnalités par partis ou ancrages géographiques pour les interpeller en fonction de ces critères.

Filtres
Photo Joël Labbé
Joël Labbé Sénateur (56) SE
Photo Jean Pierre Vogel
Jean Pierre Vogel Sénateur (72) LR
Interpellez-le
Photo Claude Malhuret
Claude Malhuret Sénateur (03) Horizons
Interpellez-le
Photo Jean-Pierre Corbisez
Jean-Pierre Corbisez Sénateur (62) PS
Interpellez-le
Photo Stéphane Artano
Stéphane Artano Sénateur (975) AD
Interpellez-le
Photo Jean-Louis Lagourgue
Jean-Louis Lagourgue Sénateur (974) DVD
Interpellez-le
Photo Emmanuel Capus
Emmanuel Capus Sénateur (49) Horizons
Interpellez-le
Photo Philippe Paul
Philippe Paul Sénateur (29) LR
Interpellez-le
Photo Colette Mélot
Colette Mélot Sénatrice (77) Horizons

Prise de position

Amendements rejetés

N° 493 rect. bis

26 juin 2018

AMENDEMENT
présenté par

C Défavorable
G Défavorable
Rejeté
MM. LABBÉ, ARNELL, ARTANO et CORBISEZ
ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS ARTICLE 11

Après l'article 11

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Après l'article L. 230-5 du code rural et de la pêche maritime, il est inséré un article L. 230-5-... ainsi rédigé :

« Art. L. 230-5-... – Les gestionnaires, publics et privés, des services de restauration scolaire ainsi que des services de restauration des établissements d’accueil des enfants de moins de six ans sont tenus de proposer quatre menus végétariens sans viande ni poisson sur une fréquence de vingt repas. »

Objet

Cet amendement propose d'aller vers le mieux de viande. En effet, aujourd'hui 67% des viandes servies en restauration collective des entreprises, des écoles, des hôpitaux et autres établissements publics et privés sont des viandes importées d'après l'Institut de l'élevage. Les budgets des restaurants collectifs étant contraints, les restaurants peuvent être amenés à se tourner vers des produits les moins coûteux possibles, et donc vers des denrées importées, produites avec des standards environnementaux et sociaux moins exigeants.

Le fait de proposer un repas végétarien par semaine permet de limiter les coûts sur ce repas, et de proposer pour les repas restants une viande de meilleure qualité, produite localement.

Cette mesure est pratiquée dans de nombreuses villes : c’est le cas par exemple de Clermont-Ferrand, qui a pu accroître son offre en viande locale grâce à cette pratique.

NB :La présente rectification porte sur la liste des signataires.

N° 138 rect. septies

25 juin 2018

AMENDEMENT
présenté par

C Défavorable
G
Non soutenu
Mme MÉLOT, MM. LAGOURGUE, CAPUS, GUERRIAU, MALHURET, VOGEL et PAUL, Mme GOY-CHAVENT et M. DAUBRESSE
ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS ARTICLE 11

Après l’article 11

Insérer un article additionnel ainsi rédigé :

Après l’article L. 230-5 du code rural et de la pêche maritime, il est inséré un article L. 230-5-… ainsi rédigé :

« Art. L. 230-5-... – Les gestionnaires, publics et privés, des services de restauration scolaire ainsi que des services de restauration des établissements d’accueil des enfants de moins de six ans sont tenus de proposer quatre menus sans viande ni poisson sur une fréquence de vingt repas dans les six mois à compter de l’entrée en vigueur de la présente loi. Ces menus peuvent être composés de protéines animales (fromage, œuf) ou végétales (céréales, légumineuses). »

Objet

Cet amendement entend mettre en place un menu végétarien par semaine dans les services de restauration scolaire.

NB :La présente rectification porte sur la liste des signataires.

Lire la suite