ont penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 12 mars 2014 - Communication officielle

Ces parlementaires EELV dénoncent la décision de justice qui légalise la mise en place du projet de ferme-usine des 1000 vaches

Positif mais préoccupation anecdotique pour les animaux

Agir !

Encouragez-les

Sur le site de Karima Delli Eurodéputé :

Mercredi 12 mars 2014, le Tribunal Administratif a rejeté la demande en référé de suspension du permis de construire de la ferme-usine des 1 000 vaches à Drucat (Somme).
Nous prenons acte de la décision de justice rendue aujourd’hui qui statue sur la régularité de la procédure administrative aboutissant à la délivrance du permis de construire.
Elle confirme, comme on pouvait le redouter, que construire une usine démesurée pour y entasser des centaines d'animaux afin d'en tirer un bénéfice financier est bel et bien légal.

Pour Barbara Pompili, députée de la Somme :

le gouvernement a affirmé que ce modèle agro-industriel ne correspondait pas à celui qu'il souhaitait pour l'agriculture française. L'heure est maintenant venue d'associer les actes à la parole. Il se trouve justement que la loi d'avenir agricole est actuellement examinée par le Parlement. Alors que les écologistes ont porté des propositions pour empêcher de tels projets, dont le gigantisme menace l'emploi, la santé, l'environnement et le bien-être animal, elles n’ont pour l’instant pas été satisfaites. Il devient donc indispensable que le gouvernement se saisisse de la deuxième lecture de la loi à l'Assemblée nationale pour concrétiser ses engagements ».

Karima Delli, eurodéputée EELV :

cette décision est bien sûr une déception pour tous les défenseurs d'un modèle agricole, durable et respectueux du monde qui l'entoure en général, et de la condition animale en particulier. C'est un coup porté au combat légitime des citoyens qui s'opposent au projet inutile écologiquement et économiquement de la ferme des 1 000 vaches et de l'agro-business, mais cela ne remet pas en cause notre détermination et nos convictions. Notre ministre de l'écologie, Philippe Martin a le dossier sur son bureau, nous lui demandons de nouveau de stopper cette folie afin de promouvoir une agriculture durable et respectueuse de l'environnement ».

José Bové, eurodéputé EELV :

La rentabilité de cette ferme gigantesque ne sera assurée à terme que grâce aux soutiens publics qui permettent de revendre à EDF jusqu’à 20 centimes le kwh d’électricité produit à partir de la méthanisation. La collectivité ne doit en aucun cas soutenir de manière détournée des projets comme la ferme des 1000 vaches. Le gouvernement doit dans les plus brefs délais fixer un seuil pour stopper ce type de projet aberrant, couteux et nocif. La mobilisation doit continuer et s’intensifier