Élevage

Par son programme de résilience alimentaire, la ville de Bordeaux souhaite «tendre vers une alimentation à 75 % végétale et à 25 % animale» et instaurer un 2ème repas végétarien hebdomadaire dans ses cantines scolaires

Félicitez-les

Personnalités politiques (2)

Photo Francis Feytout
Francis Feytout Élu municipal, délégué à la condition animale (33) EELV

Parti politique (1)

Logo EELV
EELV

Prise de position

Ce programme de résilience alimentaire « Bordeaux, Recette d'avenir, pour des lendemains qui régalent » a été porté par Didier Jeanjean, adjoint au maire chargé de la Nature en ville et du programme « Bordeaux Grandeur Nature », et Ève Demange, conseillère municipale déléguée auprès de Didier Jeanjean pour la résilience alimentaire.

« Bordeaux recettes d’avenir, pour des
lendemains qui régalent »

[...]

Bordeaux, ville nourricière

[...]

Les Bordelaises et Bordelais mangent de la viande 1,4 fois par jour : cette proportion est trop importante à la fois pour leur santé, le climat et la condition animale. Nous souhaitons accompagner les foyers bordelais à préparer des plats goûteux dans un budget et un temps contraints et avec plus de protéines végétales. L’objectif qui leur est proposé est à la fois un défi et une chance : celui de tendre vers une alimentation à 75 % végétale et à 25 % animale, fraîche et de saison, et de favoriser ainsi nos paysans locaux qui produisent en respectant le vivant.
La Ville a souhaité montrer l’exemple : son nouveau marché pour la fourniture des mets des réceptions et fêtes municipales prévoit un lot 75/25, qui sera très majoritairement actionné.

La Ville de Bordeaux sensibilise aussi ses jeunes, nos citoyens de demain. Cette année, nous avons testé, avec notre diététicienne, de nouvelles recettes végétariennes au sein des cantines scolaires : les enfants ont pu faire le bilan afin de les améliorer en continu. D’ici 2026, la part de produits labellisés, locaux et végétaux sera augmentée fortement dans les écoles, et les repas seront à 100 % bio et locaux dans nos crèches.
Nous prévoyons de mettre à disposition des habitants, notamment au sein des futurs quartiers du goût (QG), des équipements pour préparer des repas rassemblant toutes les générations, permettant par exemple de remettre au goût du jour des recettes locales anciennes, tout en partageant des moments solidaires et festifs.
Nous allons en outre accompagner les habitants à produire leurs légumes, grâce à l’académie des jardiniers qui aura lieu dans tous les quartiers.

[...]

Les conseils alimentaires de quartier

Les conseils alimentaires de quartier vont réunir régulièrement les habitants de chaque quartier pour échanger et co-construire un programme citoyen de résilience alimentaire, avec l’objectif d’aboutir en début d’année 2023. Issu de la volonté citoyenne, ce programme rassemblera les actions à mener pour soutenir une alimentation locale et de qualité dans les huit quartiers de Bordeaux : accès à l’alimentation saine pour les plus modestes, développement de la production agricole locale, végétalisation de l’assiette, augmentation des lieux de transformation et de distribution de produits locaux, identification de projets collectifs entre citoyens, associations, acteurs locaux... Il sera amendé, ajusté, complété en fonction des actions concrètes réalisées, des retours d’expérience tirés, des nouveaux besoins identifiés dans le quartier. Ces actions seront soutenues par la Ville.

Les actions concrètes déjà menées
par la Ville (✓) et à venir

[...]

• Dans les restaurants scolaires :
- Mise en place d’une alternative
végétarienne quotidienne.
- Mise en place d’un 2ème repas
végétarien par semaine
[...]
• Formation des agents sur l’équilibre
alimentaire, la végétalisation des
assiettes, le 0 gaspillage alimentaire ✓
•Alimentation 100 % bio
dans les crèches (80% dès 2022 ) ✓
[...]
• 2022 : Marché public traiteur
avec un repas privilégié 75%
produits végétaux/25% carnés

[...]

Les bénéfices d’une
alimentation plus végétale

Nos systèmes alimentaires sont responsables de près d’un tiers des émissions de gaz à effet de serre mondiales. Le premier levier pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, c’est le passage à un régime plus végétal : il a un impact à la baisse de 30%, quand la réduction de moitié du gaspillage alimentaire a un impact limité à 5% de baisse.
Au niveau mondial, les émissions directes et indirectes de GES provenant de l’élevage sont estimées à 14,5 % des émissions totales liées aux activités humaines, l’équivalent de 7,1 gigatonnes de CO2 chaque année.
Le régime végétal est également très bénéfique pour la santé.
Une équipe de l’université de Bergen (Norvège) a établi qu’un « régime optimal » riche en légumineuses, céréales complètes, fruits à coque, et fruits et légumes, et pauvre en viande, pouvait faire gagner plus de dix ans d’espérance de vie à un individu nord-américain aujourd’hui âgé d’une vingtaine d’années (10,7 ans pour une femme, 13 ans pour un homme), par rapport à un régime alimentaire occidental moyen.
Si les produits animaux apportent acides aminés, vitamine B12, fer et zinc, une consommation excessive de viande, en particulier de viande rouge, avec ses acides gras saturés et mono-insaturés, peut avoir des impacts néfastes sur la santé, en particulier des maladies cardiovasculaires.

(Extrait du dossier de presse de la ville de Bordeaux)