Chasse & pêche

6 eurodéputés demandent à la Commission de lutter contre le trafic international de viande de brousse en renforçant les contrôles douaniers et en soutenant les alternatives au braconnage

Personnalités politiques (6)

Question parlementaire

Trafic d'animaux sauvages Européenne

Question avec demande de réponse écrite E-000651/2021 à la Commission des Eurodéputées :
Annika Bruna (ID), Jean-Lin Lacapelle (ID), Niels Fuglsang (S&D), Virginie Joron (ID), Marianne Vind (S&D), Herve Juvin (ID), Bernhard Zimniok (ID), Ivan Vilibor Sinčić (NI), Julie Lechanteux (ID), Elżbieta Kruk (ECR), Fabio Massimo Castaldo (NI), Vilija Blinkevičiūtė (S&D)

Le commerce illégal de viandes de brousse, dont la viande de singes, d’antilopes, de pangolins ou encore de chauve-souris, constitue une cause d’extinction des espèces mais aussi de développement des pandémies (VIH, Ebola, COVID-19).
Cette viande provient essentiellement d’Afrique, mais aussi d’Amérique latine et d’Asie. Elle est consommée en Europe par des communautés expatriées ou est utilisée dans la pharmacopée traditionnelle en Asie. Ce trafic étant très lucratif — jusque 100 euros le kilo pour un singe —, le braconnage se développe. En France, on saisit 7 tonnes de cette viande aux aéroports de Paris chaque année, soit une infime part des arrivages.
Des solutions existent pour combattre ce trafic: renforcer les contrôles aux aéroports, communiquer sur les risques de zoonoses, collecter des données et développer les alternatives au braconnage (comme le fait le programme DABAC au Gabon, au Cameroun et au Congo, qui incite à élever du gibier).

La Commission est priée de répondre aux questions suivantes:

1. Recueille-t-elle les bonnes pratiques mises en place par les États membres pour lutter contre ce trafic?
2. A-t-elle connaissance d’éventuels moyens techniques innovants pour faciliter les contrôles douaniers?
3. Soutient-elle les programmes offrant des alternatives au braconnage?

Soutien(1)
(1) Cette question est soutenue par un autre député que ses auteurs: Dominique Bilde (ID)

Lire la suite

Crédits

Soumis par Thierry Lherm

Partager cette prise de position

Attentes citoyennes

80%

des Français
sont favorables à la fermeture des élevages de primates situés en France et destinés à l’expérimentation animale

Parcourir les sondages
84%

des Français
estiment que le Gouvernement devrait strictement limiter les espèces sauvages pouvant être vendues en France et détenues par des particuliers

Parcourir les sondages