Corrida

Tribune de militants et élus EELV défenseurs de la cause animale demandant à leur candidat aux législatives Nicolas Cadène de «clarifier publiquement sa position» sur la corrida

Personnalités politiques (8)

Photo Dahman Richter
Dahman Richter Élu municipal, délégué à la condition animale (54) EELV
Photo Francis Feytout
Francis Feytout Élu municipal, délégué à la condition animale (33) EELV
Photo Jean-Christophe Leclercq
Jean-Christophe Leclercq Élu municipal, délégué à la condition animale (59) EELV
Photo Thierry Brochot
Interpellez-le
Photo Nathalie Dehan
Nathalie Dehan Élue municipale, déléguée à la condition animale (69) EELV
Photo Chrystel Bertrand
Chrystel Bertrand Élue municipale, déléguée à la condition animale (69) EELV

Prise de position

TRIBUNE. Législatives : « Un candidat écolo de l’union de la gauche pro-corrida ? C’est non ! »

11h40 , le 17 mai 2022
ParRédaction JDD
Une trentaine de militants écologistes et défenseurs de la condition animale rappellent qu’Europe Écologie-Les Verts (EELV) défend l’abrogation de la corrida en France. Ils demandent au candidat Nicolas Cadène (6e circonscription du Gard) de « clarifier publiquement sa position ».

Leur tribune : « Nous, militant.es écologistes et/ou adhérent.es d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), d’associations de protection animale, militant.es de la condition animale, élu.es ne voulons plus que la souffrance d’un animal soit un plaisir autorisé en France ; cette souffrance étant l’essence même de la corrida. La corrida est un cas unique au monde : dans les arènes, des milliers de personnes applaudissent devant la lente agonie d’un bovin d'élevage, sans l’ombre d’une compassion. C’est aussi un "spectacle" qui est ouvert gratuitement aux jeunes enfants et aux adolescents, qui sont ainsi témoins de la souffrance et du supplice de l’animal. L’ONU elle-même s'oppose depuis des années à la présence et à la participation d’enfants lors de corridas.

Nous voulons que la loi de protection animale soit appliquée sans exception

Pour nous, c’est totalement inacceptable. Nous voulons que la loi de protection animale soit appliquée sans exception : nous demandons l’abrogation de l'alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal relatif aux actes de cruauté sur les animaux.

Comme nous, une majorité de Français.es, chaque année plus nombreuses et nombreux, sont opposés aux corridas avec mise à mort du taureau (sondage Ifop - 2021), ainsi qu’à la présence des plus jeunes devant ce "spectacle".

Nous espérons que la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), que nous considérons à ce jour comme la force politique la plus à même de défendre les animaux, au regard des propositions portées par les partis qui la composent, aura la majorité la plus large possible à l’Assemblée nationale le 19 juin prochain. Ainsi, elle mettra à l’ordre du jour cette abolition et bien d’autres mesures en faveur de la condition animale.

Si nous cédons sur ce point, sur quoi allons-nous être courageux pour les animaux ?

C’est dans ce contexte que nous refusons la candidature de Nicolas Cadène, en l’état, puisqu’elle apparaît en contradiction avec les valeurs écologistes du parti EELV (qui demande l’abolition de la corrida) qui a validé sa candidature.

Les militant-es et écologistes, et notamment les membres de la commission condition animale d'EELV, adhérent.es ou sympathisant.es du parti EELV, ont fait savoir leur mécontentement en interne, et notamment ce week-end lors du Conseil fédéral d’EELV (le parlement du parti), expliquant que :

De toutes les activités humaines qui nuisent aux animaux, la corrida est celle qui n’a pas même un semblant de justification (nourriture, santé humaine, habillement, cosmétique etc.) excepté le plaisir de voir souffrir un animal d’élevage, torturé à mort (ce qui est passible de lourdes peines sur la très grande majorité du territoire national).
Si nous cédons sur ce point, sur quoi allons-nous être courageux pour les animaux ?
Tous les efforts locaux portés par des militant.es et élu.es de terrain vont être réduits à néant pour longtemps, après des années d'implication et de mobilisation pour les animaux, et de pression sur les décideurs politiques pour faire évoluer la situation.
Nous allons perdre du temps alors même que les animaux, eux, n’en ont plus.

Monsieur Cadène est doit clarifier sa position publiquement, confirmer qu’il défendra l’abolition à terme de la corrida

Notre demande est claire :

- soit Monsieur Cadène est, comme nous toutes et tous, contre la corrida, et dans ce cas il doit clarifier sa position publiquement, confirmer qu’il défendra, comme les autres député.es écologistes à l’Assemblée nationale, l’abolition à terme de la corrida, et dès que possible l’interdiction des mineurs dans les arènes et la fin des subventions publiques. Nous l’invitons dans ce premier cas à également signer les différentes chartes et accords anti-corrida comme le manifeste de la Fédération des luttes pour l'abolition des corridas (FLAC).
- soit Monsieur Cadène est bien en faveur de la corrida et dans ce cas il doit retirer sa candidature au profit d’une autre, qui ira, elle, dans le sens des animaux.
Les électeurs, électrices, qui se mobilisent chaque jour pour les animaux attendent beaucoup de l’alliance des gauches. Ne les décevons pas ! »

Les signataires :

Laura Rouaux, co-responsable de la Commission Condition animale d'EELV, militante écologiste
Jean-Christophe Leclercq, co-responsable de la Commission Condition animale d'EELV, militant écologiste
Thierry Hély, président de la FLAC, Fédération des Luttes pour l'Abolition des Corridas
Anna Maillard, référente Condition animale de la campagne Jadot 2022
Nathalie Dehan, conseillère métropolitaine à la Métropole de Lyon, Mission Condition animale et Conseillère municipale à Vénissieux
Thierry Clinard , co-référent île de France de la Commission
Francis Feytout, conseiller municipal délégué au respect du vivant et à la condition animale de Bordeaux; trésorier de la Commission Condition animale d'EELV
Nathalie Oudot, référente région PACA, conseillère municipale EELV
Laurence Laffitte Goncalves, adhérente EELV et commission Condition animale EELV, adhérente à L214
Manuel Leick-Jonard, ancien co-responsable de la Commission Condition animale d’EELV et militant animaliste et écologiste à Toulouse
Martine Landry, conseillère municipale, adhérente EELV Franche-Comté
Sophia popoff, conseillère municipale et métropolitaine à lyon
Marie-Charlotte Garin, candidate EELV- NUPES à Lyon
Chrystel Bertrand, adjointe au maire du 8ème arrondissement de Lyon, Déléguée à la végétalisation, la biodiversité, la condition animale et la politique zéro déchet
Regis Godec, co-secrétaire EELV Midi-Pyrénées
Mathilde Laroussi, militante EELV en Haute-Savoie
Katy Vuylsteker, conseillère régionale Hauts-de-France
Sarah Dumont, médecin, écoféminisme
François Garçaut, Fondateur-Trésorier du Sanctuaire d'Aiseirigh, coopérant-référent Commission Condition Animale d'EÉ-LV pour le Limousin
Roger Lahana, secrétaire fédéral de la FLAC et président de No Corrida
Thierry Brochot, adjoint au Maire de Creil délégué à la transition écologique
Timothée Lebon, conseiller municipal de Mons en Baroeul
Thierry Antoine, conseiller municipal à Béziers, militant EELV
Gil Mettai, conseiller régional EELV des Hauts-de-France
Yann Geshors, secrétaire Groupe Local du Biterrois
Dahman Richter, conseiller municipal délégué aux droits et au bien-être animal, à la biodiversité de la ville de Nancy
Julie Manac’h, militante EELV
Didier Bonnet, Président du CRAC Europe, ( Comité Radicalement Anti Corrida)
Vaucelle Cyril, Président d'Alliance Ethique, chargé de mission CRAC Europe
Nicolas Jean, militant écologiste EELV Pays de Savoie
Sophie Maffre-Baugé, présidente du COLBAC (Comité de Liaison Biterrois pour l'Abolition de la Corrida)
Romain Zavallone, co-fondateur de la commission condition animale EELV
Marion Weisslinger, militante et vice-présidente de l'association Ron'Rhône
Mélanie Adam, militante écologiste
Sébastien Cristol, conseiller départemental de l’Hérault
Nicolas Husson, Adjoint au Maire de Lyon (biodiversité, nature en ville, protection animale)

(Article tiré du Journal Du Dimanche)

Partager cette prise de position