ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 15 mai 2021 - Communication officielle → Européenne

19 eurodéputés demandent à la Commission de protéger les requins-taupes bleus menacés par l'industrie de la pêche

Dans un courrier envoyé le jeudi 20 mai au Commissaire européen à l'environnement, à l'océan et à la pêche, Virginijus Sinkevičius, 38 eurodéputés (dont 19 français) demandent la protection du requin-taupe bleu, menacé d'extinction à cause de la sur-pèche.

Sujet : L’UE doit agir pour sauver les requins-taupes bleus menacés d'extinction

Monsieur le Commissaire Sinkevičius,
En tant que députés européens préoccupés par la santé de nos écosystèmes et de la biodiversité
marine, nous vous écrivons pour exprimer notre inquiétude concernant la position de la
Commission européenne sur la pêche des requins-taupes bleus (Isurus oxyrinchus) de l'Atlantique
Nord, une espèce menacée. Plus précisément, en ce qui concerne les négociations de 2021 de la
Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA), nous
appelons l’Union européenne à s’'aligner sur les avis scientifiques et les obligations de la
Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction (CITES).
Le comité scientifique de la CICTA demande depuis 2017 d'interdire tous les débarquements de
requins-taupes bleus provenant de la population épuisée de l'Atlantique Nord, une action qui a le
soutien d'au moins 17 Etats parties de la CICTA. Nous sommes troublés par le fait que la
Commission européenne n'a non seulement pas défendu cet avis scientifique urgent, mais encore
a servi d'obstacle principal - à l’aide de contre-propositions excessivement indulgentes - à un
accord consensuel de la CICTA qui pourrait mettre fin à la surpêche et commencer le long chemin
vers la reconstitution des populations. .
L’UE faisait partie des partisans de l'inscription en 2019 du requin-taupe bleu à l'annexe II de la
CITES et l'avis du groupe d'examen scientifique de l'UE indiquait que les États membres de l'UE
auraient déjà dû cesser toutes les exportations et importations en provenance de l'Atlantique Nord,
y compris les débarquements en haute mer. En effet, l'Espagne et le Portugal, qui ont longtemps
été responsables de la quasi-totalité des débarquements de requin-taupe bleu dans l'UE, ont
introduit une interdiction de capturer et débarquer cette espèce. C’est particulièrement important
dans la mesure où l’espèce a une haute valeur commerciale. Nous pensons que ces récents
développements éliminent toute excuse pour la Commission de rejeter les avis scientifiques pour

des raisons économiques, et permettent ainsi à l'UE de promouvoir une politique internationale de
conservation du requin-taupe bleu qui soit en ligne avec la science.
Au-delà de sa grande valeur économique, le requin-taupe bleu est une espèce remarquable à la
fois pour son importance en tant que prédateur mais aussi pour sa vulnérabilité à la surpêche. Le
taux de reproduction exceptionnellement bas de cette espèce rend d'autant plus urgent le respect
des avis scientifiques. De trop nombreux juvéniles ont déjà été capturés, rendant ainsi le
renouvellement de l’espèce impossible sur le court et moyen terme. Sans une protection décisive
de la CICTA à l'échelle de l'Atlantique dans les mois à venir, les requins-taupes bleus de
l'Atlantique Nord risquent de connaître un effondrement complet néfaste à la fois pour les pêcheurs
et la biodiversité dans son ensemble. Inverser immédiatement le déclin de la population est
impératif pour une pêche durable dans le futur et pour la protection des écosystèmes marins.
Pour toutes ces raisons, nous vous demandons d'accorder à la situation du requin-taupe bleu une
attention particulière et la plus haute priorité. Nous vous demandons instamment de mener une
révision de la position de l'UE en vue de la réunion intersessionnelle de la CICTA de juillet, afin
de soutenir une interdiction immédiate sur la rétention des requins-taupes bleus de
l'Atlantique Nord, sans exception, conformément à l'avis des scientifiques de la CICTA et des
experts européens de la CITES.
Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos sentiments distingués,
Caroline Roose, Verts/ALE
Francisco Guerreiro, Verts/ALE
Grace O’Sullivan, Verts/ALE
Alviina ALAMETSÄ, Verts/ALE
François ALFONSI, Verts/ALE
Eric ANDRIEU, S&D
Benoît BITEAU, Verts/ALE
Manuel BOMPARD, GUE/NGL
Damien CARÊME, Verts/ALE
Catherine CHABAUD, Renaissance
Leila CHAIBI, GUE/NGL
Ciaran CUFFE, Verts/ALE
Ignazio CORRAO, Verts/ALE
David CORMAND, Verts/ALE
Rosa D'AMATO, Verts/ALE
Gwendoline DELBOS-CORFIELD, Verts/ALE
Karima DELLI, Verts/ALE
Eleonora EVI, Verts/ALE
Claude GRUFFAT, Verts/ALE
Henrike HAHN, Verts/ALE
Anja HAZEKAMP, GUE/NGL
Yannick JADOT, Verts/ALE

Aurore LALUCQ, S&D
Elżbieta LUKACIJEWSKA, PPE
Marisa MATIAS, GUE/NGL
Predrag Fred MATIĆ, S&D
Sara MATTHIEU, Verts/ALE
Nora MEBAREK, S&D
Karen MELCHIOR, Renaissance
Ville NIINISTÖ, Verts/ALE
Jutta PAULUS, Verts/ALE
Piernicola PEDICINI, Verts/ALE
Manuela RIPA, Verts/ALE
Michèle RIVASI, Verts/ALE
Mounir SATOURI, Verts/ALE
Günther SIDL, S&D
Róża THUN UND HOHENSTEIN, PPE
Marie TOUSSAINT, Verts/ALE
Ernest URTASUN, Verts/ALE
Sarah WIENER, Verts/ALE
Salima YENBOU Verts/ALE