ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 25 mars 2014 - Manifeste

Pétition du CIWF pour exiger le respect des normes minimales relatives à la protection des porcs en élevage

Agir !

Félicitez-les

Sur le site du CIWF :

Des politiques exigent de meilleurs élevages porcins

Le 24 mars, CIWF a remis à Bruxelles à l’ensemble des Ministres de l’Agriculture européens les signatures recueillies sur la pétition Une vie meilleure exigeant le respect des normes minimales relatives à la protection des porcs en élevage. A cette occasion, nous avons invité des élus et personnalités françaises à rejoindre notre appel en acceptant de signer la Lettre Ouverte pour une meilleure application de la Directive Porc remise avec la pétition.

Eurodéputés, députés et sénateurs s'engagent à nos côtés

Nous sommes heureux de vous annoncer qu’ils sont nombreux à avoir accepté de soutenir notre demande. Parmi les français, les eurodéputés Corinne Lepage, Michèle Rivasi, Michèle Striffler, Robert Rochefort, Karima Delli, ou encore Sandrine Bélier ont apporté leur signature.

Les députés et sénateurs on également été nombreux à s’engager pour interpeller Stéphane Le Foll sur l’application de la Directive Porcs : le chef de file des écologistes au Sénat, Jean-Vincent Placé ainsi que le coprésident du groupe vert à l’Assemblée nationale, François de Rugy ont souhaité soutenir notre appel, de même que la sénatrice UDI Chantal Jouanno. Chez les verts, nous avons reçu le soutien de nombreux parlementaires, dont Brigitte Allain, Laurence Abeille, Danielle Auroi, Joël Labbé, ou encore Marie Christine Blandin.

Autre personnalité à s’engager pour exiger un meilleur élevage porcin en France, Marc Dufumier, enseignant chercheur à AgroParisTech, expert reconnu et auteur de nombreux livres sur l’agroécologie, l’agriculture et l’alimentation.

Pour que la France tienne ses engagements

En France, plus de 90% des cochons sont issus d’élevages intensifs. La législation en vigueur depuis 2003 exige un accès permanent des porcs à des matériaux manipulables (paille, sciure…), interdit la coupe systématique des queues et, depuis le 1er janvier 2013, interdit partiellement les cases de gestation pour les truies. Or une grande majorité des élevages français ne respectent que partiellement ces normes pourtant minimales.

*Directive 2008/120/CE établissant les normes minimales relatives à la protection des porcs, entrée en vigueur en France en 2003.