a penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 10 avril 2012 - Source associative → Nationale

Sarkozy promet d'agir pour pour l'étiquetage des modes d'élevage et d'abattage

Agir !

Encouragez-le

Réponses du candidat à l'élection présidentielle Nicolas Sarkozy à L214 et Néoplanète.

A la question :

Par souci d’information des consommateurs, et à l’image des mentions obligatoires pour les œufs, vous engagez-vous à ce que la mention du mode d’élevage et d’abattage soit disponible pour l’ensemble des produits d’origine animale ?

Il répond :

"Cette information peut d’ores et déjà être disponible sur l'étiquette si les professionnels souhaitent valoriser, de façon volontaire, la qualité de leurs produits au travers du mode d’élevage ou de transformation, y compris l’abattage.
Rendre obligatoire certaines données sur l’étiquetage de l’ensemble des produits mis sur le marché relève de la réglementation européenne : le règlement 1169/2011 du 25 novembre 2011 définit de façon limitative les mentions devant obligatoirement figurer sur l’étiquetage des denrées alimentaires afin d’assurer la protection du consommateur. Je me suis battu avec succès pour un meilleur étiquetage du pays de l’origine des produits. Je ferai de même pour la mention du mode d’élevage. Par ailleurs, nous imposerons l’étiquetage de la pratique d’un abattage rituel."

Sarkozy s'en remet au cadre européen posé en 2011. Il est difficile de croire en la bonne foi du président sortant : imposer l'étiquetage du mode d'abattage est une mesure que le gouvernement Sarkozy a fermement combattue lors de son examen en 2009 par le Conseil européen. En outre, la députée UMP Françoise Hostalier a dû renoncer à soumettre à l'Assemblée nationale une proposition de loi dans ce sens, sous la pression de son parti en mars 2012, en pleine campagne présidentielle.

La promesse d'étiqueter les modes d'abattage a également été formulée à la Fondation Brigitte Bardot le 10 avril 2012 :
"(...) le gouvernement travaille actuellement à la mise en place d’un étiquetage obligatoire des conditions d’abattage."

et à la Fondation 30 millions d'amis :
"Par ailleurs, il est légitime que les consommateurs connaissent les conditions dans lesquelles les animaux ont été abattus. Des obligations d’étiquetage seront donc prévues."