Animaux de compagnie

Au bout de 2 mois de violations majeures de la charte “bien-être des poneys” à Paris, les maires d'arrondissement concernés n’ont toujours pas demandé publiquement la résiliation des contrats autorisant les balades à poney

Personnalités politiques (7)

Photo Philippe Goujon
Philippe Goujon Maire (75), Conseil de Paris LR
Photo Rachida Dati
Rachida Dati Maire (75), Conseil de Paris LR
Photo François Dagnaud
François Dagnaud Maire (75), Conseil de Paris PS
Photo Emmanuelle Pierre-Marie
Emmanuelle Pierre-Marie Maire (75), Conseil de Paris EELV
Photo Carine Petit
Carine Petit Maire (75), Conseil de Paris Génération-s
Photo Francis Szpiner
Francis Szpiner Maire (75), Conseil de Paris LR
Photo Jeanne d'Hauteserre
Jeanne d'Hauteserre Maire (75), Conseil de Paris LR

Partis politiques (4)

Logo EELV
EELV
Logo Génération-s
Génération-s

Prise de position

Le Conseil de Paris du 9 juillet 2021 a adopté une charte “DEVE 45 - charte "bien-être animal”” généraliste destinée à toutes les activités exploitant des animaux et conventionnées avec la Ville de Paris.

Le Conseil de Paris du 16 décembre 2021 a adopté le renouvellement des conventions “balades à poney” (“2021 DAE 54 - Activités commerciales sur des emplacements durables du domaine public - conventions”) à la suite d’un débat marqué par des oppositions y compris au sein de la majorité.

L'association PAZ a vérifié le respect de la charte "bien-être des poneys". Neuf mois après la concertation entre la Ville de Paris et les exploitants et, deux mois après la signature des conventions, selon PAZ, la majorité des mesures de la charte ne sont pas respectées :
- les poneys n'ont pas à disposition de l’eau et du foin ;
- le temps de transport est largement supérieur à 2 heures / jour (6 heures pour un des exploitants) ;
- les poneys passent plus de 5 heures / jour sur le site ;
- en période d'affluence, les poneys sont pas de pause entre chaque balade ;
- les exploitants utilisent des équipements inadaptés : longe en Colbert, filets trop grands, poneys montés et attelés en même temps, enchaînés entre eux... ;
- le mors et le filet ne sont pas retirés pendant la pause ;
- les exploitants raccourcissent la longe à moins d'un mètre ;
- les poneys ne sont pas toujours attachés individuellement ;
- certains poneys sont exploités plus de 3 jours d'affilés.

À ce jour, la Mairie de Paris n'a pas transmis les feuillets médicamenteux complétés des poneys avec l'inscription "impropre à la consommation humaine" qui limite la possibilité de les envoyer à l'abattoir.

La Mairie de Paris a souhaité mettre en place une charte sans se donner les moyens de contrôler. À ce jour, la Mairie de Paris n'a pas résilié les conventions, malgré les graves manquements. Les Maires d'arrondissement concernés n'ont pas manifesté publiquement leur volonté de résilier ces conventions.

Lire la suite