Photo de Stéphane Le Foll

Stéphane Le Foll agit contre les animaux

3.8/20
Maire - Le Mans
 

Pour comprendre comment nous avons estimé ces notes, cliquez sur un des thèmes ci-dessus.

 

Pourquoi ces notes à Stéphane Le Foll ?

Prises de position de Stéphane Le Foll classées par thème :

Dernières prises de position de Stéphane Le Foll (103 référencées)

ont agi contre les animaux

sur les thèmes :

Pictogramme Élevage Élevage

Pictogramme Mer & pisciculture Mer & pisciculture

le 10 février 2016 - Question parlementaire → Prise de position marquante

Le ministre de l'agriculture réaffirme son opposition aux repas végétariens dans les cantines

Monsieur le député, vous mettez en regard à la fin de votre propos la question du mal-être des éleveurs et celle du bien-être animal. Vous indiquez aussi que les éleveurs peuvent se trouver montrés du doigt, notamment dans certaines émissions.
Sachez que dans toutes les émissions auxquelles j'ai participé, j'ai défendu l'élevage et les éleveurs face à ceux qui ont tendance – il s'en trouve même à l'Assemblée ! – à privilégier les repas végétariens dans les cantines, par exemple. Le ministre de l'agriculture a toujours été là pour l'élevage.
S'agissant du plan de soutien, 20 000 dossiers ont été traités à ce jour, pour un montant de 69 millions d'euros.

(extrait de la réponse du ministre à une question au gouvernement)

a agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 27 janvier 2016 - Dans la presse

Pour Stéphane Le Foll le gavage est une part de l'image de la France qu'il faut conserver

Concernant la proposition de loi d'une députée EELV contre le gavage des oies et des canards, "le gavage est une tradition" qu'il faut conserver, tranche Stéphane Le Foll. "Il y a un bien être animal qui est essentiel à respecter. En même temps, il y a une filière, une économie et un produit qui s'appelle le foie gras, qui est aussi une part de ce qu'est l'image de la France partout dans le monde.
(extrait de l'article)

Agir !

Interpellez-le

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 26 janvier 2016 - Subvention → Prise de position marquante

290 000 000 € d'aides publiques supplémentaires pour maintenir l'élevage, le gavage et le foie gras dans notre modèle agricole et alimentaire

Le ministre de l'Agriculture Stéphane le Foll a promis aux agriculteurs et aux éleveurs français 290 millions d'euros d'aides, dont 130 millions pour les producteurs de foie gras. (...) Le gouvernement avait annoncé un premier plan d'urgence de 600 millions d'euros en juillet dernier. Les filières ovine, porcine, laitière et celle des palmipèdes sont les plus touchées.
(extrait de l'article des Echos)
Les origines de la contamination sont à rechercher dans les modes d'élevage avicole et 70% des Français sont favorables à l'abolition du gavage. Pourtant, la collectivité va supporter financièrement cette filière... dans une optique de préservation de ce modèle et non de reconversion.

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 20 janvier 2016 - Question parlementaire → Prise de position marquante

Le Gouvernement et les députés d'opposition s'accordent pour soutenir la pratique du gavage

M. Jean-Louis Costes. Chers collègues, je voudrais partager avec vous mon incompréhension et ma colère face à l'annonce très médiatisée de la proposition de loi d'une députée écologiste visant à interdire le gavage des oies et des canards pour la production de foie gras (Exclamations sur les bancs du groupe Les Républicains.) Interdire le gavage, et donc la production de foie gras, dans notre pays, est une pure folie !
M. Stéphane Le Foll, ministre [et porte-parole du Gouvernement]. Je me suis exprimé très clairement pour dire que le Gouvernement était à côté de cette filière avicole, et en particulier de tous les producteurs de foie gras de France et de Navarre ! (Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste, républicain et citoyen, du groupe radical, républicain, démocrate et progressiste et sur plusieurs bancs du groupe Les Républicains, du groupe de l'Union des démocrates et indépendants et du groupe de la Gauche démocrate et républicaine.)
(extraits de la question au gouvernement)
A la question « pour produire du foie gras, sachant qu’il existe des alternatives, seriez-vous favorable à l’interdiction du gavage ? », 70 % des Français répondent « oui », selon un sondage IFOP pour la Fondation Brigitte Bardot de janvier 2016.

ont agi pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Animaux de compagnie Animaux de compagnie

le 5 janvier 2016 - Question parlementaire

Le ministre de l'Agriculture refuse aux éleveurs de chiens de chasse l'instauration d'une dérogation à l'ordonnance contre les trafics d'animaux

Ces nouvelles mesures visent un meilleur encadrement du commerce des chiens et des chats, ainsi que l’amélioration des conditions d’élevage des animaux, sur le plan sanitaire comme sur celui du bien-être. Elles n’interdisent cependant pas aux chasseurs et plus généralement à tous les particuliers non déclarés, de faire don des chiots issus de la reproduction de leurs animaux.
(extrait de la réponse du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt aux questions de Philippe Briand, Didier Quentin)

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 5 janvier 2016 - Question parlementaire

Le ministre de l'agriculture réaffirme le soutien du Gouvernement à l'abattage sans "étourdissement"

Plus récemment, la requête émanant de l’oeuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs, enregistrée le 27 juillet 2012 et visant à annuler la dérogation précitée, a été rejetée, le 12 juin 2013. (...) La dérogation à l’étourdissement fait l’objet d’un encadrement spécifique en droit français. (...) les exploitants tiennent à jour un système d’enregistrement permettant de vérifier que l’usage de la dérogation correspond à des commandes commerciales ou à des ventes qui le nécessitent. Ces enregistrements sont mis à disposition des services vétérinaires en abattoir, permettant ainsi à ceux-ci de vérifier la bonne tenue de ces registres et la concordance entre des lots effectivement abattus sans étourdissement et l’existence de commandes ou de ventes effectivement réalisées.
(extrait de la réponse du ministre de l'agriculture à la question du député Hervé Féron)

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 10 décembre 2015 - Question parlementaire

Le ministre de l'agriculture rejette la proposition d'interdire l'exportation d'animaux vivants vers des pays ne garantissant pas le respect des recommandations de l'OIE

Les animaux exportés sont majoritairement destinés à l'engraissement et non à l'abattage. Il n'est donc pas envisageable de remplacer les exportations d'animaux vivants par des exportations de viande qui ne correspondent pas à la demande.
(extrait de la réponse du ministre de l'agriculture à la question de la députée Laurence Abeille et des sénateurs Roland Courteau et Chantal Jouanno qui évoquaient notamment les importantes souffrances animales, liées aux transports longues distances ainsi qu'aux conditions d'engraissement et d'abattage dans les pays de destination)
Pour rappel, les animaux "destinés à l'engraissement" sont eux aussi in fine "destinés à l'abattage"...

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Chasse Chasse

le 24 novembre 2015 - Source associative

Le Président laisse les chasseurs contrôler l'ONCFS et leur promet des places dans toutes les instances de la Gouvernance environnementale

Pour la première fois, la Fédération Nationale des Chasseurs et la Fédération Nationale de la Pêche en France ont été reçues ensemble par le Président de la République, François Hollande, et les deux principaux ministres en charge de nos dossiers, à savoir Madame Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, et Monsieur Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et de la Forêt.
C’est d’ailleurs la raison qui a conduit le Président de la République à demander une modification en profondeur de la représentation du Grenelle de l’Environnement pour imposer les représentants des chasseurs et des pêcheurs dans toute les instances de la Gouvernance environnementale au nom de la protection de la nature.
Le Président de la République a clairement confirmé que l’ONCFS [Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage] serait maintenu à l’extérieur de l’Agence [française pour la biodiversité] dans le cadre de la loi sur la biodiversité en cours de discussion au Parlement.
(extraits du communiqué de la FNC)

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 19 novembre 2015 - Question parlementaire

Le ministre Stéphane Le Foll confirme l'augmentation des aides et la diminution de la réglementation pour les élevages de cochons

Au niveau national, 14 millions d'euros d'aides d'urgence avaient d'ores et déjà été décidés entre mars et juin 2015 (...) La Commission européenne a notamment annoncé le 7 septembre 2015 une enveloppe de 62,9 millions d'euros d'aides à la trésorerie pour les éleveurs français (...) renforcer le plan de compétitivité et d'adaptation des exploitations qui passe de 200 millions d'euros à 350 millions d'euros pendant trois ans. Un effort significatif sera également fait pour les outils d'abattage-découpe en portant de 20 à 50 millions d'euros l'enveloppe ouverte dans le cadre du programme d'investissements d'avenir.
Le Gouvernement poursuit notamment la simplification administrative pour les élevages avec l'allègement des procédures relatives aux installations classées, (...) la création du régime de l'enregistrement pour les élevages porcins en 2014, les délais de recours contre les projets d'investissement dans les exploitations ont été réduits à quatre mois
(extraits de la réponse du ministre de l'agriculture aux questions des sénateurs Philippe Mouiller et Alain Marc (9 avril et 4 juin 2015)

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 17 novembre 2015 - Subvention

60 000 000 € d'aide publique pour pallier aux retards d'investissements des abattoirs

Enfin, dans le cadre du plan de soutien à l'élevage français, un abondement supplémentaire de 30 millions d'euros sur les crédits du programme d'investissements d'avenir, a été annoncé en faveur du secteur abattoirs-découpes pour 2015-2016, portant le soutien total sur trois ans (2015-2016-2017) à 60 millions d'euros. L'effort important pour l'investissement dans ce secteur est indispensable à l'amélioration de sa performance et de sa compétitivité alors que le maillon de l'abattage subit aujourd'hui les conséquences d'un retard important en termes d'investissement pris dans les dix dernières années.
(extrait de la réponse du ministre de l'agriculture à la question du député Guillaume Chevrollier)