ont penché pour les animaux

sur le thème :

Pictogramme Zoo / Cirque Zoo / Cirque

le 29 janvier 2016 - Amendement → Nationale

Amendement N°216 visant à améliorer les conditions de détention des cétacés dans les delphinariums

Positif mais pas assez ambitieux

en matière de qualité de l’eau et de la nourriture, de végétalisation et de dimensionnement des bassins et de bien-être des animaux
Ces règles sont définies par décret en Conseil d’État après avis du Conseil national de protection de la nature et du Muséum national d’histoire naturelle.
(extraits de l'amendement)
Amendement retiré

ÉCONOMIE BLEUE - (N° 3178)

AMENDEMENT N°216

présenté par

Mme Abeille, M. Alauzet, Mme Allain, Mme Attard, Mme Auroi, M. Baupin, Mme Bonneton, M. Cavard, M. Coronado, M. de Rugy, Mme Duflot, M. François-Michel Lambert, M. Mamère, Mme Massonneau, M. Molac, Mme Pompili, M. Roumégas et Mme Sas
----------

ARTICLE ADDITIONNEL

APRÈS L'ARTICLE 18, insérer l'article suivant:

Après l’article L. 413‑2 du code de l’environnement, il est inséré un article L. 413‑2‑1 ainsi rédigé :

« Art. L. 413‑2‑1. – L’exhibition de cétacés en captivité tient compte des impératifs biologiques des espèces et est soumise au respect de règles en matière de qualité de l’eau et de la nourriture, de végétalisation et de dimensionnement des bassins et de bien-être des animaux.

« Ces règles sont définies par décret en Conseil d’État après avis du Conseil national de protection de la nature et du Muséum national d’histoire naturelle. »

EXPOSÉ SOMMAIRE

Le présent amendement vise à imposer des règles plus strictes pour les delphinariums en France, permettant une meilleure prise en compte du bien-être animal.

L’espérance de vie des cétacés en captivité est plus brève que dans la nature. Les cétacés sont soumis au stress permanent dans des bassins en béton, remplis d’eau chlorée, trop exigus et sans végétation. Ces bassins ne sont pas adaptés à la physiologie et au comportement naturel de ces animaux.

Sachant que les naissances en captivité ne suffisent pas à compenser la mortalité, les dauphins doivent, bien souvent, être capturés en milieu sauvage. Ces captures ont des effets terribles sur les groupes de dauphins sauvages – animaux très sociaux – qui se voient amputés de l’un ou de l’une des leurs.

Un symbole de cette exploitation qui va totalement à l’encontre du bien-être animal : le syndrome de l’aileron flaccide, qui se caractérise par l’aspect mou et retombant de la nageoire dorsale. Ce syndrome concerne près de 100 % des orques captives alors qu’il est quasi inexistant chez les orques sauvages.

De plus, voir des animaux sauvages effectuer des acrobaties est loin d’aider à sensibiliser le public à la protection de la biodiversité. Il ne s’agit que de divertissement et non de préservation de la biodiversité.

Il existe quatre delphinariums en France, dont trois en métropole.

En savoir plus :