Personnalités politiques (65)

Filtrez les personnalités par partis ou ancrages géographiques pour les interpeller en fonction de ces critères.

Photo Alma Dufour
Alma Dufour Députée (76) FI
Photo Caroline Roose
Caroline Roose Eurodéputée EELV
Photo Sandra Krief
Sandra Krief Élue municipale, déléguée à la condition animale (38) Parti animaliste
Photo Raquel Garrido
Raquel Garrido Députée (93) FI, PG
Photo Bastien Lachaud
Bastien Lachaud Député (93) FI, PG
Photo Sabrina Sebaihi
Sabrina Sebaihi Députée (92) EELV
Photo Anne Souyris
Anne Souyris Sénatrice (75) EELV
Photo François Vauglin
François Vauglin Maire (75), Conseil de Paris PS
Photo Audrey Pulvar
Audrey Pulvar Conseil de Paris DVG
Photo Danielle Simonnet
Danielle Simonnet Députée (75), Conseil de Paris FI, PG
Photo Eddine Ariztegui
Eddine Ariztegui Élu municipal, délégué à la condition animale (34) Parti animaliste
Photo Clémence Guetté
Clémence Guetté Députée (94) FI, PG
Gabriel Amard Député (69) FI, PG
Interpellez-le
Karen Erodi Députée (81) FI
Interpellez-la
Hadrien Clouet Député (31) FI
Interpellez-le
Douchka Markovic Élue municipale, déléguée à la condition animale (75), Conseil de Paris Parti animaliste
Interpellez-la
Sylvain Carrière Député (34) FI
Interpellez-le
Thomas Portes Député (93) FI
Interpellez-le
Sébastien Peytavie Député (24) Génération-s
Interpellez-le
Grégory Moreau Élu municipal, délégué à la condition animale (75) Parti animaliste
Interpellez-le
Nicolas Thierry Député (33) EELV
Interpellez-le
Eddie Aït Maire (78) SE
Interpellez-le
Jérôme Legavre Député (93) POI
Interpellez-le
Sandra Regol Députée (67) EELV
Interpellez-la
François Piquemal Député (31) FI
Interpellez-le
Loïc Prud'homme Député (33) FI
Interpellez-le
Paul Vannier Député (95) FI
Interpellez-le
Anne Stambach-Terrenoir Députée (31) FI, PG
Interpellez-la
Benjamin Lucas Député (78) Génération-s
Interpellez-le
Andrée Taurinya Députée (42) FI
Interpellez-la
Francis Feytout Élu municipal, délégué à la condition animale (33) EELV
Interpellez-le
Nathalie Oziol Députée (34) FI
Interpellez-la
Antoine Léaument Député (91) FI
Interpellez-le
Séverine Figuls Élue municipale, déléguée à la condition animale (44) Parti animaliste
Interpellez-la
Catherine Couturier Députée (23) FI
Interpellez-la
Murielle Lepvraud Députée (22) FI
Interpellez-la
Emmanuel Fernandes Député (67) FI
Interpellez-le
Andy Kerbrat Député (44) FI
Interpellez-le
Sébastien Rome Député (34) FI
Interpellez-le
Nathalie Dehan Élue municipale, déléguée à la condition animale (69) EELV
Interpellez-la
Chloé Sagaspe Conseil de Paris EELV
Interpellez-la
Julie Laernoes Députée (44) EELV
Interpellez-la
Louis Boyard Député (94) FI
Interpellez-le
Nour Durand-Raucher Conseil de Paris EELV
Interpellez-le
Léo Walter Député (04) FI
Interpellez-le
Dahman Richter Élu municipal, délégué à la condition animale (54) EELV
Interpellez-le

Manifeste

Menus végés Partielle

Repas végétariens à la cantine : l’Assemblée nationale vote contre l’intérêt général

L’adoption d’une alimentation végétarienne est le geste le plus efficace pour réduire son empreinte climatique. Pourtant, la proposition d’élargir l’offre végétarienne dans les cantines a été rejetée par l’Assemblée nationale ce 6 avril, regrette un collectif d’associations, de parlementaires et d’universitaires.

À l’occasion de la niche parlementaire du groupe écologiste, la députée Francesca Pasquini avait soumis une proposition de loi favorisant l’accès à une meilleure alimentation. L'article 2 visait à aller au-delà des dispositions législatives actuelles en imposant aux cantines scolaires de servir au choix soit deux repas végétariens chaque semaine à l’ensemble des convives, soit une option végétarienne quotidienne.

EGalim, Climat et résilience : des lois encore loin des exigences écologiques

En 2018, l’obligation de proposer un menu végétarien hebdomadaire dans les cantines était inscrite dans la loi EGalim sous forme expérimentale. Trois ans plus tard, la loi Climat et résilience entérinait cette disposition tout en allant un pas plus loin : depuis janvier 2023, elle impose aux cantines dépendant de l'État, qui offraient déjà plusieurs choix, de servir un menu végétarien quotidien. Ces dispositions s’inscrivent dans une perspective de transition écologique. D’après une étude réalisée par le cabinet Carbone 4, l’adoption d’une alimentation végétarienne est le geste individuel le plus efficace pour réduire son empreinte climatique.

À l’heure actuelle, tous les scénarios de neutralité carbone préconisent une réduction conséquente de la consommation de viande et de produits issus d’animaux : entre - 30 % et - 70 % pour les scénarios les plus crédibles de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), - 50 % pour les scénarios Afterres et Ten Years for Agroecology (TYFA). La législation actuelle ne prévoit qu’un repas végétarien par semaine. S’il est appréciable, ce petit pas est donc très insuffisant pour infléchir les consommations alimentaires, surtout dans un contexte où depuis 2013 la consommation de viande par personne est repartie à la hausse.

Par ailleurs, l’instauration du repas végétarien n’a pas été soutenue par le gouvernement, qui a omis d’apporter de véritables outils de formation et d’accompagnement aux personnels de la restauration collective. Pire, cette mesure se heurte à l’omniprésence des lobbies de la viande et du lait dans les instances décisionnelles, qui entrave l’évolution des pratiques alimentaires.

Des arguments fallacieux, mille fois réfutés

À l'heure où il faudrait de toute évidence accélérer la transition vers une alimentation plus durable et où plusieurs pays étrangers ont mis en place une offre de repas végétaliens, l'Assemblée nationale a rejeté les dispositions proposées. En commission des Affaires économiques comme dans l’hémicycle, des députés ont sorti des arguments éculés.

En commission, le député LR Fabien di Filippo a avancé qu’il vaudrait mieux se concentrer sur les produits locaux dans les cantines, plutôt que “d'imposer” une fréquence de menus végétariens. Du point de vue climatique, les données sont pourtant claires : d’après le cabinet Carbone 4, le passage à une alimentation végétarienne est au moins 6 fois plus efficace pour le climat que de manger des produits locaux. Par ailleurs, l’un n’exclut pas l’autre : selon une étude d'Un + Bio, le menu végétarien est un levier efficace d'économie, qui permet un report de budget sur l’alimentation bio et locale.

Dans l’hémicycle, Jean-Christophe Combe, ministre des Solidarités, a brandi l’argument des risques pour la santé, évoquant le manque de recul sur les effets des menus végétariens ainsi que le risque associé de carences en fer. Or l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation (Anses) a déjà certifié dans un avis que le menu végétarien satisfait les besoins nutritionnels des enfants et que les sources végétales répondent aux besoins en fer des enfants et adolescents. Les enfants consomment dans les cantines 2 à 4 fois trop de protéines par rapport aux recommandations nationales. Cet excès est encore amplifié dans les milieux modestes où l’on consomme davantage de viande. En conséquence, 98 % des enfants sont carencés en fibres. Notons que la revendication d'une préoccupation pour la santé n'a pas empêché M. Combe de s'exprimer contre l’interdiction des nitrites dans la viande alors que ces substances sont reconnues cancérigènes.

En s’opposant à une proposition de bon sens, bénéfique en matière d’écologie, de laïcité et de santé publique, les députés de la majorité présidentielle et de la droite ont démontré une fois de plus leur mépris pour l’intérêt général et leur attachement à ne pas contrarier les lobbies de l’agroalimentaire. L’attribution de la légion d’honneur au directeur du lobby de la viande Interbev, la participation du ministre de la Transition écologique au congrès du syndicat agricole FNSEA ainsi que l’engagement du ministre de l’Agriculture à ne pas restreindre les prélèvements d’eau des agriculteurs en dépit de la sécheresse laissaient peu d’espoir du côté de la majorité actuelle. Faute d’attendre des évolutions satisfaisantes du côté législatif, les débats parlementaires récents engagent à enclencher la bifurcation agricole et alimentaire au niveau local.

Premiers signataires

Elodie Vieille Blanchard, présidente de l’Association végétarienne de France
Astrid Prévost, chargée de mission Végécantines à l'Association végétarienne de France
Francesca Pasquini, députée des Hauts-de-Seine (Europe Ecologie Les Verts), rapporteure de la proposition de loi Mieux Manger
Gabriel Amard, député du Rhône, coprésident de l’Association nationale du Réseau des élus insoumis et citoyens (La France insoumise)
Anne-Stambach-Terrenoir, députée de Haute-Garonne (La France insoumise)
Manuel Bompard, député des Bouches-du-Rhône (La France insoumise)
Mathilde Panot, députée du Val-de-Marne, présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale
Sandrine Rousseau, députée de Paris (Europe Ecologie Les Verts)
Marine Tondelier, Secrétaire nationale d’Europe Ecologie Les Verts
Audrey Pulvar, adjointe à la maire de Paris (Parti socialiste)

Liste complète des signataires

Nadège Abomangoli, députée de Seine-Saint-Denis (LFI)
Sandra Afonso Machado, conseillère municipale de Brétigny sur Orge, Parti animaliste (PA)
Eddie Aït, maire de Carrières-sous-Poissy, divers écologistes
Gabriel Amard, député du Rhône (LFI)
Rodrigo Arenas, député de Paris (LFI)
Eddine Ariztegui, conseiller municipal et adjoint au maire de Montpellier (PA)
Laurent Bègue-Shankland, professeur en psychologie sociale, Université Grenoble-Alpes
Manuel Bompard, député des Bouches-du-Rhône (LFI)
Louis Boyard, député du Val-de-Marne (LFI)
Patrick Capet, délégué municipal à la condition animale à Périgueux
Béatrice Canel-Depitre, ex-maître de conférences (PA)
Marie-Hélène Carlier, ambassadrice nature et animaux de la ville de Montreuil
Sylvain Carrière, député de l’Hérault (LFI)
Roland Cash, médecin et consultant en santé publique
Cyrielle Chatelain, députée de l’Isère (EELV)
Sophia Chikirou, députée de Paris (LFI)
Hadrien Clouet, député de la Haute-Garonne (LFI)
Jean-Pierre Corsia, adjoint au maire du 11e arrondissement de Paris (PS)
Catherine Couturier, députée de la Creuse (LFI)
Émilie Dardenne, maîtresse de conférences en anglais et études animales, Université Rennes 2
Hendrik Davi, député des Bouches-du-Rhône (LFI)
Nathalie Dehan, conseillère métropolitaine, métropole de Lyon (EELV)
Alma Dufour, députée de Seine-Maritime (LFI)
Nour Durand-Raucher, conseiller de Paris, vice-président du groupe "Écologiste de Paris"
Karen Erodi, députée du Tarn (LFI)
Martine Étienne, députée de Meurthe-et-Moselle (LFI)
Francis Feytout, conseiller municipal de Bordeaux (EELV)
Emmanuel Fernandes, député du Bas-Rhin (LFI)
Séverine Figuls, élue municipale et métropolitaine de Nantes (PA)
Charles Fournier, député d’Indre-et-Loire (EELV)
Muriel Fusi, porte-parole et coprésidente du Parti Animaliste
Jean-Marc Gancille, essayiste écologiste et membre du CA de la REV
Marie-Charlotte Garin, députée du Rhône (EELV)
Raquel Garrido, députée de Seine-Saint-Denis (LFI)
Jean-Marc Governatori, conseiller municipal de Nice (L'Écologie au Centre)
Clémence Guetté, députée du Val-de-Marne (LFI)
François Jaquet, philosophe, maître de conférences à l’Université de Strasbourg
Andy Kerbrat, député de Loire-Atlantique (LFI)
Sandra Krief, conseillère municipale de Grenoble (PA)
Bastien Lachaud, député de Seine-Saint-Denis (LFI)
Maxime Laisney, député de Seine-et-Marne (LFI)
Julie Laernoes, députée de Loire-Atlantique (EELV)
Arnaud Le Gall, député du Val-d’Oise (LFI)
Jérôme Legavre, député de Seine-Saint-Denis (LFI)
Murielle Lepvraud, députée des Côtes d’Armor (LFI)
Rachel Lapicque, doctorante en anglais et études animales critiques, Université Rennes 2
Antoine Léaument, député de l’Essonne (LFI)
Élise Leboucher, députée de la Sarthe (LFI)
Benjamin Lucas, député des Yvelines (EELV)
Douchka Markovic, conseillère de Paris, élue du 18e (PA)
Marie-Claude Marsolier, chercheuse en génétique, Muséum national d’histoire naturelle
Frédéric Mathieu, député d’Ille-et-Vilaine (LFI)
Grégory Moreau, adjoint au maire de Paris 11 (PA)
Evelyne Moulin, médecin et consultante en santé publique
Danièle Obono, députée de Paris (LFI)
Pierre Ouallet, adjoint au maire de Bègles, délégué à la transition écologique
Nathalie Oziol, député de l'Hérault (LFI)
Mathilde Panot, députée du Val-de-Marne, présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale
Francesca Pasquini, députée des Hauts-de-Seine (EELV)
Corine Pelluchon, philosophe, professeur à l'Université Gustave Eiffel
Sébastien Peytavie, député de Dordogne (EELV)
François Piquemal, député de Haute Garonne (LFI)
Thomas Portes, député de Seine-Saint-Denis (LFI)
Guillaume Prével, conseiller régional IDF (PA)
Astrid Prévost, chargée de mission Végécantines à l'Association végétarienne de France
Loïc Prud’homme, député de Gironde (LFI)
Audrey Pulvar, adjointe à la maire de Paris (PS)
Lydie Raër, élue d'Ivry-sur-Seine (EELV)
Sandra Regol, députée du Bas-Rhin (EELV)
Dahman Richter, conseiller municipal de Nancy (EELV)
Sébastien Rome, député de l’Hérault (LFI)
Caroline Roose, députée européenne (EELV)
Sandrine Rousseau, députée de Paris (EELV)
Chloé Sagaspe, conseillère de Paris (EELV)
Sabrina Sebaihi, députée des Hauts-de-Seine (EELV)
Jérôme Segal, enseignant-chercheur en histoire, Université de Paris-Sorbonne
Danielle Simonnet, députée de Paris (LFI)
Ersilia Soudais, députée de Seine-et-Marne (LFI)
Anne Souyris, maire adjointe à la santé de Paris (EELV)
Cédric Sueur, maître de conférences en éthologie et éthique animale
Andrée Taurinya, députée de la Loire (LFI)
Marine Tondelier, secrétaire nationale d’EELV
Nicolas Thierry, député de Gironde (EELV)
Paul Vannier, député du Val-d’Oise (LFI)
François Vauglin, maire du 11e arrondissement de Paris (PS)
Elodie Vieille Blanchard, présidente de l’Association végétarienne de France
Léo Walter, député des Alpes de Haute-Provence (LFI)
Romain Zavallone, référent alimentation commission condition animale EELV

Lire la suite

Tweet

Attentes citoyennes

Sondage
Menus végé
Sondage sur le thème Élevage
25%

des Français
déclarent que manger de la viande n'a pas de sens dans le monde actuel

Parcourir les sondages
Sondage
Menus végé
Sondage sur le thème Élevage
83%

des Français
sont favorables à l’interdiction de la publicité pour les produits alimentaires les plus nocifs pour la santé et la planète, parmi lesquels la viande issue d’élevages intensifs

Parcourir les sondages