ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Zoo / Cirque Zoo / Cirque

le 24 septembre 2018 - Vote → Municipale

Ces groupes au Conseil de Paris ont voté contre un engagement à ne plus autoriser les animaux sauvages dans les cirques et à ne plus distribuer de places pour ces "spectacles"

Les conseillers membres de ces groupes ont voté contre ou étaient absents

Ce vœu a été rejeté par le Conseil de Paris.

Les groupes GEP (EELV), DP (LREM), LR, UDI-MoDem, SOCA (PS), RG-CI (PRG), PCF-FG (PCF), EGCP (Générations), PPCI (LR) ont voté contre ce vœu : 

Mme Danielle SIMONNET. – Chers collègues, il y avait un vœu qui avait été adopté par le Conseil de Paris de décembre 2017, qui exprimait la volonté de la Ville de Paris de ne plus accueillir de cirques utilisant des animaux sauvages, et je tiens à saluer le rôle notamment des élus écologistes à ce sujet.
Le vœu que je souhaite vous présenter s’inscrit dans la continuité de ce débat. Je pense qu’il y a une vraie prise de conscience au sujet de la captivité et de l’exploitation des animaux qui s’est imposée, et je souhaiterais d’ailleurs connaître les conclusions des travaux de la mission “animaux en ville”, qui s’est réunie toute l’année dernière, puisque je n’ai pas eu le bonheur d’être invitée au compte rendu de ces travaux. Alors, peut-être que la réunion n’a pas encore eu lieu, mais il me semble quand même que dans le calendrier, cela a déjà dû avoir lieu.
A l’approche des fêtes de fin d’année, vous savez très bien comme moi que ce sont souvent les grands rendez-vous annuels de Paris avec les arts du cirque, et donc, je pense qu’il convient de rappeler la nouvelle politique municipale concernant le refus d’accueillir dans notre ville des établissements cautionnant par leurs pratiques la captivité et l’exploitation d’animaux sauvages.
A travers ce vœu, je propose que les services de la Ville de Paris, amenés à traiter et à répondre aux demandes d’occupation de l’espace public parisien par des cirques, leur indiquent clairement le souhait de notre municipalité de ne plus accueillir de spectacle impliquant la captivité et l’exploitation d’animaux sauvages ; deuxièmement, que l’on soit attentif dans l’ensemble de la communication de la Ville, y compris interne, à ne plus encourager d’aucune façon l’activité de cirque en cautionnant par leur pratique la détention et l’exploitation d’animaux sauvages ; et troisièmement, évidemment, dans l’indépendance des mairies d’arrondissement, que l’on engage un dialogue avec les mairies d’arrondissement et les caisses des écoles, en lien avec les familles parisiennes, comme avec toute institution de la municipalité ou du département, afin de tenir cet engagement de combattre la captivité et l’exploitation d’animaux sauvages, en invitant notamment les mairies d’arrondissement à refuser la distribution de places de cirque quand on leur en propose pour des spectacles qui contreviendraient à cet engagement.
Je vous remercie.

Mme Danielle SIMONNET. – Franchement, ce n’est quand même pas énorme que de demander que les principes soient respectés, on a voté des principes sur la question des cirques sans animaux, il faut quand même les mettre en pratique.
Le cirque Pinder continue à distribuer ses places, continue-t-on à soutenir cela ?
Ce n’est pas possible !