Dernières prises de position au sujet des animaux

ont penché contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 15 mai 2020 - Proposition de loi

Interdiction de l'abattage sans «étourdissement» préalable : aucun groupe politique n'a encore inscrit de vote à l'ordre du jour du Sénat (2017-2020)

Si aucun groupe politique n'utilise sa «niche parlementaire» pour mettre une proposition de loi sur la condition animale à l'ordre du jour du Parlement, certains sujets très attendus par les citoyens n'y seront jamais débattus

85% des Français sont contre l'abattage sans « étourdissement », selon un sondage IFOP de 2020 (source : 30 Millions d'Amis), soit 13 points de plus qu'en 2009.
Un vote par scrutin public permettrait aux citoyens de connaître le vote de leurs représentants sur cette question.

ont penché contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 15 mai 2020 - Proposition de loi

Abolition du gavage : aucun groupe politique n'a encore inscrit de vote à l'ordre du jour du Sénat (2017-2020)

Si aucun groupe politique n'utilise sa «niche parlementaire» pour mettre une proposition de loi sur la condition animale à l'ordre du jour du Parlement, certains sujets très attendus par les citoyens n'y seront jamais débattus

2. Mettre fin aux pratiques d’élevage douloureuses (castration à vif, écornage, gavage…).
(mesure n°2 du manifeste AnimalPolitique)
Un vote par scrutin public permettrait aux citoyens de connaître le vote de leurs représentants sur cette question.

ont penché contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 15 mai 2020 - Proposition de loi

Interdiction de l'abattage sans «étourdissement» préalable : aucun groupe politique n'a encore inscrit de vote à l'ordre du jour de l'Assemblée en 3 années de législature

Si aucun groupe politique n'utilise sa «niche parlementaire» pour mettre une proposition de loi sur la condition animale à l'ordre du jour du Parlement, certains sujets très attendus par les citoyens n'y seront jamais débattus

85% des Français sont contre l'abattage sans « étourdissement », selon un sondage IFOP de 2020 (source : 30 Millions d'Amis), soit 13 points de plus qu'en 2009.

ont penché contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 15 mai 2020 - Proposition de loi

Abolition du gavage : aucun groupe politique n'a encore inscrit de vote à l'ordre du jour de l'Assemblée en 3 années de législature

Si aucun groupe politique n'utilise sa «niche parlementaire» pour mettre une proposition de loi sur la condition animale à l'ordre du jour du Parlement, certains sujets très attendus par les citoyens n'y seront jamais débattus

2. Mettre fin aux pratiques d’élevage douloureuses (castration à vif, écornage, gavage…).
(mesure n°2 du manifeste AnimalPolitique)
Un vote par scrutin public permettrait aux citoyens de connaître le vote de leurs représentants sur cette question.

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 7 janvier 2020 - Dans la presse

Le ministère de la justice collabore avec le lobby de l'élevage intensif pour réprimer les lanceurs d'alerte

Après discussions, il a ainsi été proposé que la FNSEA et le ministère de la Justice travaillent ensemble à la création d’une circonstance aggravante justifiée par l’existence de règles de biosécurité applicables à certains bâtiments et par les conséquences graves susceptibles d’être entraînées par leur violation en cas d’intrusion, permettant in fine, une sanction plus sévère qu’une simple violation de domicile.
(extrait de l'article de L'Oise Agricole)

Agir !

Interpellez-les

ont agi contre les animaux

sur le thème :

Pictogramme Élevage Élevage

le 1 octobre 2019 - Communication officielle → Prise de position marquante

Le ministère de l'Intérieur collabore avec les lobbies de l'élevage intensif et crée la cellule Demeter visant à réprimer les lanceurs d'alerte

Avec la cellule « Demeter », le gouvernement entend renforcer les moyens alloués à la répression du mouvement de défense des animaux. S'appuyant sur des chiffres instrumentalisés et des arguments fallacieux, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner souhaite que « l'antispécisme soit un des axes prioritaires du renseignement ». Ces moyens démesurés visent à faciliter les inculpations pour association de malfaiteurs : une infraction qui peut être punie de 10 ans de prison et jusqu'à 150 000 euros d'amende.
De son côté, la FNSEA avance un chiffre de 41 « intrusions » dans des élevages sur l'année 2019. Soit 0,28 % des 14 498 faits enregistrés par la police dans les exploitations agricoles en 2019 : le ministre axe donc sciemment son discours et le « travail » des forces de l'ordre sur une poignée de faits non confirmés.
Cette opération de communication s'inscrit dans la continuité des gesticulations sur un prétendu « agribashing », systématiquement brandi par les représentants des syndicats agricoles majoritaires dès lors que notre modèle agricole est questionné.
(extrait du communiqué de L214)